23.06.2020 à 11:40

Mort de George Floyd

Chauvin arrive, des gardiens noirs forcés de changer d’étage

Le jour de l’incarcération du meurtrier de George Floyd, huit surveillants afro-américains ont été interdits d’accès à la partie de la prison où se trouvait sa cellule. Le directeur se défend.

de
joc

Huit surveillants de la prison du comté de Ramsey (Minnesota) affirment avoir été brièvement interdits d’accès à l’étage où était détenu Derek Chauvin le jour de son incarcération. La raison? La couleur de leur peau. Ces gardiens et gardiennes affirment que le 29 mai, jour où l’ex-policier a été mis en examen pour le meurtre de George Floyd, la direction de la prison leur a demandé de se présenter au troisième étage de la prison.

«Quand nous sommes arrivés au 3e étage, nous avons réalisé que les employés de couleur de l’établissement se trouvaient tous à cet étage, et que nous avions été exclus du 5e étage», où Chauvin devait être détenu, témoigne un employé dans une plainte déposée par le département des Droits humains du Minnesota. Le directeur de l’établissement pénitentiaire est rapidement revenu sur sa décision, mais les huit employés se disent «profondément humiliés» par cette «ségrégation».

«À ce moment-là, le mal était fait»

Steve Lydon confirme avoir pris la décision de réaffecter certains agents pénitentiaires à d’autres postes lorsqu’il a été informé de l’arrivée de Derek Chauvin. Il assure avoir agi pour le bien de son équipe. «Conscient du fait que le meurtre de George Floyd était susceptible de créer un traumatisme racial particulièrement aigu, j’ai senti que j’avais le devoir immédiat de protéger et de soutenir les employés qui pouvaient avoir été traumatisés et dont l’état aurait pu s’aggraver en ayant affaire à Chauvin», explique le directeur de la prison.

Lydon affirme être revenu sur sa décision dans l’heure qui a suivi: «Le personnel de l’administration pénitentiaire a exprimé son inquiétude face à ce changement et après 45 minutes, j’ai pris conscience de mon erreur (…) et ai présenté des excuses aux employés concernés», poursuit-il.

Bonnie Smith, avocate des surveillants, n’est pas convaincue: «À ce moment-là, le mal était fait», déplore-t-elle. La femme de loi affirme que l’un de ses clients a été interrompu alors qu’il était en train de transférer Chauvin vers sa cellule. Un autre gardien a par ailleurs expliqué qu’en pleine urgence, les employés noirs avaient reçu l’ordre d’attendre l’arrivée de collègues blancs avant d’accéder au cinquième étage, où l’intervention devait se dérouler.

Le bureau du shérif du comté de Ramsey a indiqué que les fonctions de Steve Lydon avaient été modifiées le temps que le shérif Bill Fletcher mène son enquête.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!