Genève: Des survivants de l’Holocauste témoignent sur les murs de la synagogue
Publié

GenèveDes survivants de l’Holocauste témoignent sur les murs de la synagogue

A l’occasion de la commémoration de la Shoah, des vidéos de survivants sont projetées sur la synagogue Beth-Yaacov. Un site internet permet de poser des questions à deux d’entre eux.

par
Léonard Boissonnas
Marvin Ancian

La technologie au service du devoir de mémoire. Pour marquer la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste, le 27 janvier, et ne pas oublier les six millions de Juifs victimes du régime nazi durant la Seconde Guerre mondiale, des projections vidéo des témoignages de six survivants des camps de concentration sont organisées depuis ce lundi, et jusqu’à dimanche, sur la façade principale de la Grande Synagogue Beth-Yaacov, située dans le quartier des banques, à Genève. Audibles depuis la rue, ces témoignages sous forme de clips sont diffusés en anglais, allemand et espagnol, tous les soirs de 17h à 22h, sauf le vendredi. Samedi, leur diffusion débutera à 18h30.

Face-à-face virtuel

Ces projections, basées sur le projet de la Shoah Foundation de l’Université de Californie du Sud «Dimensions in Testimony», se doublent d’une partie d’échanges virtuels. En effet, un site internet dédié, et des bornes munies d’un QR-Code à scanner installées devant la synagogue, permettent à tout un chacun de poser des questions à deux rescapés, l’un originaire de Pologne et l’autre d’Allemagne. Ces témoins, sollicités pendant plusieurs jours, ont fourni jusqu’à 2000 réponses préenregistrées (en anglais et en allemand). Parmi celles-ci, un logiciel sélectionne la plus adéquate.

«Comment avez-vous survécu?», «Qu’est-il arrivé à votre famille?», «Dans quel camp étiez-vous et pendant combien de temps?»: ces trois questions font partie de celles qui ont été testées lundi à l’occasion de l’inauguration de cette exposition virtuelle, initiée par la délégation de l’Union européenne auprès des Nations Unies et la Mission d’Israël à Genève, en collaboration avec l’ONU Genève, la Communauté israélite de Genève et le Congrès juif mondial. Le site internet du projet est accessible jusqu’au 8 février.

Ton opinion