Des survivants du cyclone Nargis racontent leur calvaire

Actualisé

Des survivants du cyclone Nargis racontent leur calvaire

Quand le cyclone Nargis a frappé Rangoun, la plus grande ville de Birmanie, Win Myint a réussi à sauver sa petite fille de deux mois, alors que des vents violents venaient de déraciner un arbre qui a détruit sa maison.

Win Myint a attrapé le bébé et s'est enfui avec le reste de sa famille, sous une pluie battante, avant de trouver refuge dans un temple bouddhiste de la localité voisine de Dagon."Nous avons couru comme des fous pendant la tempête à 03H00 du matin samedi", raconte cet homme de 38 ans. "Nous étions effrayés. Nous n'avons plus rien maintenant. Je n'ai même pas de lait en poudre pour ma fille qui est malade".Win Myint fait désormais partie des centaines de milliers de personnes qui ont pratiquement tout perdu après le passage du cyclone qui a dévasté cinq régions du sud de la Birmanie avec des vents atteignant 200 km/h.Selon un bilan officiel provisoire, au moins 351 personnes ont trouvé la mort dans la catastrophe qui a détruit des milliers d'habitations, d'écoles et de bureaux.A Rangoun, 70% des arbres sont tombés, selon la presse officielle, tandis que les unités de cardiologie et de cancérologie de l'Hôpital Général ont été détruites.Un responsable du ministère de l'Information a déclaré que les autorités fournissaient l'aide nécessaire aux survivants mais que les besoins étaient gigantesques."Des milliers de personnes sont sans abri uniquement à Rangoun", a-t-il dit.La Birmanie, gouvernée par des juntes militaires successives depuis 1962, est l'un des pays les plus pauvres d'Asie."Ma maison a été entièrement détruite et j'ai besoin de tant de choses maintenant", dit The Mar, femme au foyer de 34 ans qui a également trouvé refuge au temple de Dagon.Un homme de 60 ans, dans un abri de fortune, raconte qu'il se trouvait dans le centre de Rangoun quand le cyclone est arrivé sur la ville. "De nombreux toits volaient au dessus de ma tête et j'ai dû me cacher derrière un bâtiment"."C'était épouvantable. J'ai marché pendant quatre heures pour rejoindre ma maison qui a été à moitié détruite", ajoute-t-il.La région la plus affectée a été celle du delta de l'Irrawaddy (sud-ouest), qui a enregistré le plus grand nombre de victimes, avec des villages côtiers entièrement détruits, selon la Croix Rouge, mais les informations en provenance de cette zone sont encore fragmentaires.Lundi, les autorités ont fait savoir qu'un référendum sur une nouvelle Constitution était maintenu pour samedi prochain, en dépit de la gravité de la situation humanitaire.Il s'agira du premier scrutin organisé en Birmanie depuis les élections législatives de 1990 qui avaient été très largement remportées par la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de Mme Aung San Suu Kyi.A l'époque, les militaires n'avaient pas honoré les résultats et Mme Suu Kyi, lauréate du Prix Nobel de la Paix, a été privée de liberté pendant la majeure partie des 18 dernières années.La demeure délabrée dans laquelle est confinée Mme Suu Kyi à Rangoun a été "légèrement endommagée" par le cyclone mais l'opposante est "saine et sauve", a précisé à l'AFP un responsable birman.Le régime a affirmé que le référendum constitutionnel ouvrirait la voie à des élections multipartites en 2010."Nous ne voulons pas de la démocratie, nous voulons de l'eau maintenant", dit un homme de 30 ans qui a survécu au cyclone à Rangoun.

AFP

Ton opinion