Des synapses artificielles qui miment le fonctionnement du cerveau

Publié

Technologie Des synapses artificielles qui miment le fonctionnement du cerveau

L’informatique neuromorphique, qui cherche à reproduire les fonctions synaptiques voit sa capacité d’apprentissage évoluer grâce à de nouvelles synapses artificielles.

Archives/Image d’illustration.

Archives/Image d’illustration.

dr

Jusqu’ici, pour imiter le fonctionnement du cerveau, les chercheurs ont utilisé des dispositifs magnéto-ioniques. Mais malheureusement leurs propriétés n’étaient pas gérables après des stimuli, impliquant une inefficacité du procédé dans l’apprentissage durant le sommeil profond.

Des chercheurs de l’Universitat Autonoma de Barcelona (UAB) sont parvenus à remédier à ce problème grâce à un nouveau système. L’équipe UAB dirigée par Jordi Sort et Enric Menéndez a proposé une nouvelle approche améliorant le contrôle de l’évolution des propriétés magnétiques pendant et après les stimuli, grâce à une couche très fine de cobalt mononitride (CoN).

« Le nouveau matériau fonctionne avec le mouvement des ions contrôlé par une tension électrique, de manière analogue à notre cerveau, et à des vitesses similaires à celles produites dans les neurones, de l’ordre de la milliseconde. » (Jordi Sort)

Plus concrètement, le contrôle des propriétés magnétiques est rendu possible car les chercheurs sont parvenus à gérer l’agglomération des ions via un contrôle s’effectuant grâce à la tension à la surface du film CoN adjacent à un électrolyte liquide. Ceci n’étant possible qu’à deux conditions, soit que l’épaisseur du film de CoN soit égale ou inférieure à 50 nm et que la fréquence soit supérieure ou égale à 100 Hz. Une fois la tension appliquée, le dispositif peut être programmé pour apprendre ou oublier, sans avoir besoin d’un apport supplémentaire d’énergie, imitant ainsi les fonctions synaptiques qui ont lieu dans le cerveau pendant le sommeil profond, lorsque le traitement de l’information peut se poursuivre sans appliquer de signal externe. Un pas de plus vers un cerveau synthétique dont rêvent bien des scientifiques.

(eri)

Ton opinion

0 commentaires