Actualisé 07.11.2008 à 13:54

Fonction publique vaudoise

Des syndicats menacent de durcir le conflit

Les syndicats SUD et SSP exigent que le gouvernement vaudois ouvre de vraies négociations sur la nouvelle grille salariale, Decfo-Sysrem.

Ils menacent de durcir le conflit après la mobilisation de mardi en cas de non-réponse de l'exécutif.

«C'est un soulèvement contre le Conseil d'Etat, il faut le faire céder», a déclaré vendredi Aristides Pedraza. Le responsable de SUD a qualifié d'«esbrouffe» les 80 millions de francs que le gouvernement dit mettre sur la table pour passer à Decfo-Sysrem. «D'ici 2013, le Conseil d'Etat aura repris cet argent de diverses manières».

Le syndicaliste exige des «négociations générales à périmètre ouvert» ainsi que des négociations sur les fonctions et situations perdantes. La signature de la convention par la faîtière FSF est «tout à fait insuffisante», selon Aristides Pedraza.

Ou le gouvernement ouvre des négociations, ou l'on assistera à la généralisation de toutes les mesures de lutte, a assuré le secrétaire de SUD. Quelque 3000 personnes sont déjà inscrites pour la grève prévue mardi, a indiqué de son côté David Gygax, secrétaire de SSP-Vaud.

Il a averti lui aussi que la journée du 11 novembre ne resterait pas sans suites. Le gouvernement ferait «une erreur stratégique majeure» s'il croit que les gens vont abandonner le combat et rentrer chez eux. Pour la paix sociale, il faut tout arrêter et se mettre à la table des négociations, selon David Gygax. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!