Des taxis pour compenser les gares pas adaptées aux handicapés

Publié

Transports publicsDes taxis pour compenser les gares pas adaptées aux handicapés

Les gares, arrêts ferroviaires et trains devraient être adaptés aux personnes à mobilité réduite d’ici fin 2023. En retard, les CFF proposent un service de taxis.

Les CFF ont lancé un appel d’offres.

Les CFF ont lancé un appel d’offres.

TAMEDIA AG/Urs Jaudas

Entrée en vigueur en 2004, la loi sur l’égalité pour les handicapés (LHand) demandait notamment que les gares, arrêts ferroviaires et trains soient adaptés afin que les personnes à mobilité réduite puissent les utiliser «de manière autonome et spontanée». Un délai de 20 ans avait été accordé pour les installations et véhicules déjà en service. Cependant, à la fin 2023, 541 stations – dont 300 sont exploitées par les CFF (voir encadré) – sur 1800 n’auront pas été aménagées, rapporte ce mercredi le «Tages-Anzeiger».

Face à cette réalité, les CFF ont imaginé différentes mesures dont la mise en place d’un service de taxi. «Dans les gares qui n’ont pas encore été transformées ou aux arrêts inaccessibles, les clients seraient amenés par un service de transport pour personnes handicapées jusqu’au prochain arrêt accessible», explique un porte-parole des CFF. La compagnie ferroviaire cherche désormais des partenariats et a lancé un appel d’offres sur la plateforme de marchés publics «Simap». À noter qu’il faudra réserver un taxi au moins deux heures à l’avance.

«Les CFF et les autres entreprises de transport sont légalement tenus de prendre de telles mesures jusqu’à ce qu’ils aient aménagé les gares», rappelle de son côté Caroline Hess-Klein, responsable de la division Égalité chez Inclusion Handicap, l’association faîtière des organisations de personnes handicapées. Elle estime aussi que cette solution exclut les personnes à mobilité réduite car elles sont obligées de changer de moyen de transport et se retrouvent seules dans un taxi. «On ne peut pas parler ici d’autonomie et de spontanéité», conclut-elle.

«Plus complexe» que prévu

Interrogée par le «Tages-Anzeiger», une porte-parole des CFF explique ce retard par une mise en œuvre de la LHand «plus complexe qu’on ne le pensait au départ». De plus, il a fallu aménager plus de gares que ce qui avait été prévu «soit plus de 400 gares au lieu de 150».

(aze)

Ton opinion

53 commentaires