Des téléphones pour empêcher les suicides
Actualisé

Des téléphones pour empêcher les suicides

Ces dix dernières années, plus de 25 personnes ont trouvé la mort en sautant du haut du pont new-yorkais de Tappan Zee, qui franchit l'Hudson River.

Les quatre téléphones vont permettre de joindre directement la ligne d'écoute de prévention des suicides, la Lifeline. Les personnes qui appelleront seront mises en relation avec des conseillers. Des soldats basés à Tarrytown, dans la banlieue nord de New York, seront envoyés vers les téléphones. Chaque appareil porte l'inscription «Quand il semble ne plus y avoir d'espoir, une aide est possible».

«Nous voulons aider les gens qui, au dernier moment, se diront 'J'aimerais une nouvelle chance'», explique John Draper, directeur de la Lifeline. «Les gens ont des sentiments très contradictoires au moment de sauter, ou même après avoir sauté. Des survivants nous ont dit 'Au moment où j'ai souhaité, j'ai regretté de l'avoir fait'».

Long de 4,8 kilomètres, le pont Tappan Zee n'a aucune voie piétonne. Les personnes désireuses de mettre fin à leurs jours conduisent jusqu'à mi-chemin, arrêtent leur voiture sur la voie du milieu, escaladent la barrière et sautent, explique Ramesh Mehta, le directeur régional de la voie rapide.

De tels téléphones sont déjà en service aux Etats-Unis. La Bridge Authority, qui gère cinq ponts sur l'Hudson River au nord de Tappan Zee, a installé des lignes sur quatre ponts cette année. «Le mois dernier, nous avons eu la confirmation de deux vies sauvées», rapporte le porte-parole de l'administration, John Bellucci. (ap)

Ton opinion