Seine-Saint-Denis: Des tirs de pistolet-mitrailleur en pleine rue
Actualisé

Seine-Saint-DenisDes tirs de pistolet-mitrailleur en pleine rue

Quatre jeunes hommes ont été blessés ce dimanche soir à Aubervilliers.

photo: AFP

Selon leur récit, les victimes, âgés de 17 à 20 ans, bavardaient vers 23H30 sur les marches d'un immeuble d'Aubervilliers quand elles ont vu arriver quatre hommes à pied qui les ont pris pour cibles. Selon les relevés au sol, au moins 23 balles de 9 mm ont été tirées.

Blessés, les quatre jeunes ont été hospitalisés mais leurs pronostics vitaux ne sont pas engagés.

Intimidation ?

«Les blessures sont plutôt dans le bas du corps, mais les tireurs étaient assez éloignés», a indiqué une source policière, pas convaincue par l'hypothèse d'une «jambisation», ces tirs destinés à mutiler sans tuer et souvent liées à des règlements de comptes entre dealers.

Guerre de territoire, règlement de comptes? Si les victimes sont connues des services de police, «ce ne sont pas des têtes d'affiche du trafic» de drogue, a indiqué cette source qui n'exclut aucune hypothèse. Selon une autre source, il pourrait s'agir d'un «différend entre bandes rivales».

Contacté par l'AFP, le parquet de Bobigny n'a pas donné suite. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.

Des tirs fréquents

La semaine précédente, le maire de la commune voisine de La Courneuve, Gilles Poux (PCF), avait dénoncé plusieurs épisode de tirs d'armes à feu «dans le quartier des 4.000 sud», en cours de rénovation. Dans un communiqué, l'élu avait réclamé plus de moyens du ministère de l'Intérieur pour «arrêter les auteurs».

«L'ultra-majorité des habitants refusent de se soumettre à la main mise d'une infime minorité d'individus irresponsables et sans repères», écrivait-il. «Nos quartiers ne sont pas des terrains de jeux pour les délinquants qui voudraient y faire régner la loi du plus fort.» (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion