Actualisé 01.06.2015 à 09:27

YémenDes tirs en direction d'un navire humanitaire

Un navire humanitaire chargé de vivres pour le Yémen a été visé dimanche par des tirs à son approche du port d'Aden. Les assaillants seraient des membres de la rébellion Houthis.

Un responsable de l'administration provinciale, qui a requis l'anonymat, a accusé les insurgés chiites d'avoir empêché le bateau d'accoster au port de la ville, contrôlé par des combattants pro-gouvernementaux. Les Houthis occupent plusieurs quartiers d'Aden.

Ils «ont tiré des obus en direction d'un navire affrété par l'ONU et chargé de 7000 tonnes de vivres, sans le toucher, alors qu'il était à un mille marin du port d'Aden», a déclaré le responsable. «Le navire a été obligé de rebrousser chemin et se trouvait dans la nuit à quelque 5 à 8 milles marins d'Aden.»

Selon lui, la cargaison venait de Djibouti, un pays utilisé par l'ONU comme un centre de transit de l'aide humanitaire internationale destinée au Yémen. L'incident a été confirmé par un responsable du port, qui a indiqué que «les tirs des Houthis ont obligé le bateau à faire marche arrière alors qu'il s'approchait».

«Blocus alimentaire»

Le responsable a accusé les Houthis d'«imposer un blocus alimentaire aux zones d'Aden sous contrôle de la résistance populaire», un collectif de forces hostiles aux rebelles.

Ces derniers, soutenus par les unités de l'armée restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, ont conquis depuis l'an dernier, la capitale Sanaa et de vastes régions du nord, du centre et de l'ouest du Yémen, avant de pousser leur offensive dans le sud. A leur arrivée à Aden, ils ont obligé le président Abd Rabbo Mansour Hadi, qui s'y était réfugié, à fuir vers l'Arabie saoudite.

Ce riche royaume pétrolier a alors pris la tête d'une coalition arabe qui mène depuis le 26 mars une campagne de frappes aériennes au Yémen pour empêcher les rebelles de prendre l'ensemble du pays. (ats)

Des frappes aériennes près de Sanaa

Au moins huit civils ont été tués et vingt blessés lundi par des explosions consécutives à des raids de la coalition menée par l'Arabie saoudite sur des dépôts d'armes tenus par les rebelles chiites autour de la capitale yéménite Sanaa, selon une source médicale.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!