Actualisé 21.07.2015 à 11:34

ZurichDes tonnes de déchets après la fête sur la Binz

Une centaine de manifestants ont festoyé le week-end dernier sur la place zurichoise. Ils ont laissé derrière eux de nombreuses bouteilles vides ainsi qu'une énorme sculpture en bois.

von
ats/zed/ofu
1 / 15
21.07 Les employés de la déchetterie de la ville de Zurich ont rempli deux containers de 700 litres chacun avec des bouteilles et d'autres déchets laissés sur place par les activistes.

21.07 Les employés de la déchetterie de la ville de Zurich ont rempli deux containers de 700 litres chacun avec des bouteilles et d'autres déchets laissés sur place par les activistes.

Peter Wiederkehr
Cette énorme sculpture en bois, mesurant 15 mètres de haut et pesant 7 tonnes, a également dû être évacuée.

Cette énorme sculpture en bois, mesurant 15 mètres de haut et pesant 7 tonnes, a également dû être évacuée.

Peter Wiederkehr
Peter Wiederkehr

Les derniers activistes de la Binz, où ils ont fait la fête durant trois jours, ont quitté les lieux dimanche soir vers 20h45. Les occupants remplissaient ainsi leur part du marché, conclu avec les autorités de la ville. Après le retrait pacifique des occupants, la place Binz a été retrouvée en bon état, avait affirmé dimanche un porte-parole de la police municipale.

Mais selon de récentes informations, l'espace n'a pas été si bien nettoyé que ça. Lundi matin, les employés de la déchetterie municipale ont rempli deux containers de 700 litres chacun avec des bouteilles et d'autres déchets laissés sur place par les activistes. Une sculpture en bois, mesurant 15 mètres de haut et pesant 7 tonnes, a également été évacuée. On ignore encore si les autorités feront payer les frais de nettoyage aux fêtards. Dans tous les cas, elles détiennent les identités des près de cent manifestants qui étaient encore sur les lieux le dimanche soir.

Les travaux de réaménagement de la place Binz, lancés par la fondation Abendrot, débuteront en été 2016. Pour éviter qu'elle ne soit occupée une nouvelle fois, les polices municipale et cantonale de Zurich envisagent de prendre des mesures. Les forces de l'ordre refusent cependant de donner davantage de précisions à ce sujet.

D'où venait l'électricité?

Actuellement, l'espace est déjà délimité à l'aide de fils barbelés et de barrières. Mais ces dispositifs ont été endommagés vendredi par les fêtards. Les autorités ignorent encore comment les activistes sont parvenus à se procurer de l'électricité pour leur fête. Des témoins ont raconté au «TagesAnzeiger» que les manifestants ont effectué des branchements sur un transformateur. Dominik Bonderer, de la direction des constructions du canton de Zurich, a confirmé à «20 Minuten» qu'une station de transformation se trouvait bel et bien sur la place Binz. Il ignore cependant si celle-ci est toujours reliée au système électrique de la ville.

Contactée, la porte-parole des centrales électriques de Zurich, Marie Avet, précise qu'il n'est pas si facile de simplement couper le courant: «Il nous faut l'approbation du propriétaire du branchement électrique pour le faire.»

D'intenses discussions

De vendredi soir à dimanche soir, près de 500 activistes, pour certains cagoulés, se sont réunis près de la place Binz. Des échauffourées ont eu lieu avec la police. Le groupe s'est ensuite installé sur la place elle-même. Les activistes ont annoncé leur intention de festoyer pendant trois jours et d'en faire un événement à la mémoire de tous les lieux à l'époque réservés à la culture alternative et depuis supprimés. Outre des concerts et de la petite restauration, la manifestation offrait un volet politique. Le Binz est d'ailleurs connu pour sa culture de la contestation.

Comme l'ambiance de la fête, bien que bruyante, est restée pacifique, la police et la ville ont décidé après d'intenses discussions de laisser la place aux occupants, toujours plus nombreux. A la condition, que ceux-ci aient quitté les lieux après les trois jours.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!