Méditerranée - Des Tunisiens se révoltent contre la pollution marine
Publié

MéditerranéeDes Tunisiens se révoltent contre la pollution marine

Pour protester contre la pollution de la mer, des centaines de citoyens ont formé une impressionnante chaîne humaine sur cinq plages de la banlieue sud de Tunis.

La mobilisation a représenté «la plus grande chaîne humaine de l’histoire de la Tunisie».

La mobilisation a représenté «la plus grande chaîne humaine de l’histoire de la Tunisie».

AFP

«Il y a des coquillages morts et des poissons morts», «on ne peut plus nager»: pour protester contre la pollution de la mer, des centaines de citoyens ont formé une impressionnante chaîne humaine sur cinq plages de la banlieue sud de Tunis.

Sur le sable de Radès, Ezzahra, Hammam Lif, Hammam Chott et Borj Cedria, une bande côtière de 13 km où vivent 300’000 personnes, de nombreux Tunisiens ont répondu dimanche à l’appel d’Action citoyenne. Depuis deux ans, cette ONG se mobilise contre le déversement dans la mer – le plus souvent sans aucun traitement préalable – des eaux usées de ces villes côtières.

«Ce que subit la mer n’est pas bien. Elle est très sale. Il y a des coquillages morts et des poissons morts. Nous ne prenons pas soin de notre richesse environnementale», a dénoncé auprès de l’AFP Maryam Chergui, une habitante de 37 ans d’Ezzahra.

Non loin d’elle, Tahar Jaouebi, un riverain de 47 ans, regarde les flots en se remémorant les années 90 quand il «nageait sur cette plage où l’eau était propre». «Maintenant je ne peux plus nager et mon fils aussi ne peut pas nager», lance-t-il dépité, en disant s’être mobilisé pour «montrer que nous ne sommes pas heureux de ce qui est en train de se passer».

La chaîne humaine vise à «dénoncer l’état dégradant de notre mer, qui est polluée bactériologiquement et devenue un danger pour la santé», explique à l’AFP Doniazed Tounsi, 45 ans, présidente d’Action citoyenne.

3500 participants revendiqués

Avec 3500 participants revendiqués par les organisateurs, cette mobilisation a représenté «la plus grande chaîne humaine de l’histoire de la Tunisie», affirme à l’AFP Inès Labiadh, responsable en justice environnementale au Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) qui apportait un soutien technique à l’organisation de cette action.

Selon Mme Labiadh, «toutes les plages de Tunisie sont plus ou moins polluées» mais la pollution marine en banlieue sud est l’une des «plus graves de toute la Tunisie», pire encore que celles provoquées par le pôle pétrolier de Sfax ou le pôle chimique de phosphates de Gabès. Parmi les plages polluées, celle de Hammam Lif était autrefois «la plage des Beys», les gouverneurs de Tunisie sous l’Empire ottoman, qui y avaient construit de magnifiques palais.

«Une catastrophe écologique»

«C’était sur ces plages facilement accessibles en train que se baignaient les classes moyennes et pauvres il y a 25 ans», rappelle Inès Labiadh. «Ces plages étaient très connues et très prisées», ajoute-t-elle, soulignant que ces populations doivent désormais aller jusqu’à Hammamet, 60 km plus au sud, pour faire trempette. Les flots noirs et nauséabonds convoyés jusqu’à la mer par l’oued Meliane, réceptacle des eaux usées de cette bande côtière, découragent toute baignade.

«Par rapport aux normes internationales, il faut un nombre de bactéries inférieur à 500 bactéries par 100 ml. Et là, on parle de 1800 bactéries par 100 ml. C’est une catastrophe écologique», détaille Doniazed Tounsi, en précisant, sur la base d’analyses commandées par Action citoyenne, qu’il s’agit de «bactéries, streptocoques et coliformes fécaux».

Trois causes à la pollution massive

Mme Labiadh du FTDES cite trois causes à cette pollution massive: les nouvelles habitations non raccordées aux égouts de l’Office national de l’assainissement (ONAS), le «réseau défectueux» de cet organisme avec des pannes récurrentes et les déversements «sans passage par une station d’épuration» en provenance d’usines de cuir et de tomates à Ben Arous, proche du grand port de Radès.

Élus locaux et organismes publics se renvoient la responsabilité de ces défaillances. Plusieurs municipalités ont annoncé des plaintes contre l’ONAS et Action citoyenne a constitué un dossier avec des avocats pour poursuivre l’État tunisien, avec le soutien du FTDES.

Présent à la manifestation, Badredine Zbidi, numéro deux du Conseil municipal à Ezzahra, souligne les répercussions sur le commerce et l’économie locale. «Même le poisson, les gens ne le consomment pas», dit-il avant d’ajouter, dans un soupir: «la mer est un don de Dieu et nous sommes des victimes».

Version originale publiée sur 20min.ch

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire