Actualisé 08.05.2020 à 17:02

Valais

Des tunnels à traces pour dénombrer les hérissons

Les autorités valaisannes vont installer un dispositif qui leur permettra de décompter les hérissons vivant sur leur territoire.

Le Valais ne dispose d'aucune donnée précise sur les effectifs de hérissons sur son territoire.

Le Valais ne dispose d'aucune donnée précise sur les effectifs de hérissons sur son territoire.

Keystone

Le nombre de hérissons semble en net recul en Valais comme ailleurs en Suisse. Pour en avoir le coeur net, le canton va placer plusieurs dizaines de tunnels à traces. Il lance un appel aux particuliers.

Le Valais ne dispose d'aucune donnée précise sur les effectifs de hérissons sur son territoire. Mais le net recul enregistré en moins de trois décennies ailleurs en Suisse (-40% à Zurich) et dans plusieurs pays européens est sans doute aussi une réalité valaisanne, estime l'Etat du Valais vendredi dans un communiqué.

Cet insectivore, dont la protection incombe aux cantons, est mis en péril par l'utilisation des insecticides dans l'agriculture et les espaces verts des villes, par les filets de vigne mal tendus ou encore par le développement du réseau routier. Pour tenter d'y remédier, le Valais lance un projet de recensement et de sensibilisation.

«Hérisson y es-tu?»

Dans une première étape, baptisée «Hérisson y es-tu?», dix tunnels à traces seront placés durant six jours dans des parcs et des jardins privés de chacune des villes de Brigue, Sion, Martigny et Monthey entre juin et août 2020. Il s'agit de petits tubes munis de feuilles de papier et d'encre qui retiendront les empreintes des pattes des hérissons qui les traverseront, explique le canton.

Un appel aux bénévoles est lancé pour la gestion de ces tunnels. De plus, la population est invitée à transmettre ses observations sur la plateforme valais.nosvoisinssauvages.ch.

En Suisse alémanique

Toutes les données récoltées seront ensuite analysées pour formuler des recommandations concrètes en faveur de la protection de l'espèce dans les quartiers habités. Elles pourront également être interprétées en relation avec la situation des villes de Zurich, St-Gall, Lucerne, Berne et Coire où des projets semblables ont déjà été menés, a précisé à Keystone-ATS Barbara Molnar, biologiste à la section nature et paysage au service valaisan des forêts, des cours d'eau et du paysage.

En Valais, une deuxième phase plus pratique est prévue en 2021 avec des campagnes de sensibilisation de la population. Au programme des informations sur l'importance des petites zones de jachère pour la biodiversité en général et pour le hérisson en particulier, sur les structures favorables au mammifère et pouvant être rapidement mises en place dans les jardins, mais aussi des journées d'action ou encore des excursions. (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!