Actualisé 27.07.2012 à 11:00

Prison bernoise

Des unités d'habitation pour les plus âgés?

Le canton de Berne entend créer des unités d'habitation spéciales aux Etablissements de St-Jean pour mieux répondre aux besoins des seniors.

Les prisons de Suisse comptent toujours plus de détenus âgés sans toujours disposer d'infrastructures qui répondent aux besoins des seniors. Face à cette situation, .

Quatre détenus de plus de 65 ans purgent actuellement une peine aux Etablissements de St-Jean, prison régionale bernoise située près du Landeron (NE). Alors que ces personnes seraient au bénéfice d'une retraite à l'extérieur, elles sont soumises théoriquement au même régime de travail que les jeunes prisonniers.

Une étude publiée par le Fonds national suisse de la recherche (FNS) en 2011 recommande pourtant de séparer les plus anciens du reste de la population carcérale. Les autorités pénitentiaires sont invitées à prendre des mesures pour s'adapter au nombre croissant de ces détenus âgés en prévoyant un hébergement particulier.

Habitations séparées

Le gouvernement bernois veut privilégier cette option et présentera au mois de septembre au Grand Conseil un crédit de 2,2 millions de francs pour la construction de six unités d'habitation dans cette prison pour des détenus âgés qui effectuent de longues peines.

Ces travaux sont nécessaires, car les détenus ayant dépassé l'âge de la retraite sont de plus en plus nombreux dans l'établissement, relève le Conseil-exécutif bernois. Ces prisonniers vieillissants s'intègrent difficilement au cadre quotidien des autres parties d'habitation.

Pour les autorités, ils doivent être placés dans un environnement distinct. Ces six studios seront aménagés dans un bâtiment séparé. Il s'agirait alors des premiers logements pour personnes âgées qui accomplissent leur peine en milieu ouvert, relève l'Office de la privation de liberté et des mesures d'encadrement bernois.

La prison de Lenzburg (AG) a aménagé l'année dernière des cellules pour les plus de 60 ans. Il s'agissait de la première section pour les détenus âgés dans un milieu fermé de Suisse. Reste que pour le FNS, les besoins particuliers liés à l'âge sont largement ignorés dans les règlements qui régissent l'univers carcéral.

Régime particulier

Certains des condamnés âgés de plus de 65 ans des Etablissements de St-Jean bénéficient aujourd'hui d'un régime particulier. Ils ne travaillent ainsi qu'à mi-temps et ont congé l'après-midi pour autant qu'ils ne doivent pas se soumettre à une thérapie.

Mais ce régime plus souple ne passe pas toujours très bien auprès des co-détenus, explique le directeur par interim Jens Sommer. Le fait que certains travaillent et d'autres pas peut déboucher sur des tensions ou inciter les plus jeunes à vouloir ne plus rien faire.

Le législateur n'a pas pensé à prendre en compte ce vieillissement de la population carcérale, estime Jens Sommer. Le nombre croissant de personnes âgées s'explique notamment par la présence accrue de détenus qui vieillissent en prison. Avec ce régime de travail à temps partiel et la création de studios, les Etablissements de St-Jean ont voulu répondre à ce phénomène.

Risque d'isolement

L'un des détenus au bénéfice de ce régime plus souple travaille à la cuisine de la prison de 07h45 à 09h30 et de 11h00 à 13h00. Ce septuagénaire explique dans un entretien avec l'ats que le danger de frictions entre détenus en raison de ces régimes différents existe bien. Mais la personnalité joue aussi un grand rôle.

Pour ce prisonnier incarcéré depuis 1999, avec une interruption de quatre ans, ces studios sont une bonne chose car ils répondent à un besoin de tranquillité. Mais d'un autre côté, ils peuvent créer un sentiment d'isolement. Un risque que la direction veut éviter en faisant en sorte que ces pensionnaires d'un genre particulier partagent le repas de midi avec les autres détenus.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!