Japon: Des vacances sous fond de solidarité
Actualisé

JaponDes vacances sous fond de solidarité

Des milliers de bénévoles affluaient vendredi, au premier jour des vacances de printemps (Golden Week), dans le nord-est du Japon pour venir en aide aux rescapés du gigantesque tsunami du 11 mars.

Le gouvernement a demandé aux personnes souhaitant participer aux efforts de se joindre à des organisations et de ne pas se rendre sur place par leurs propres moyens afin d'éviter des embouteillages qui pourraient ralentir l'acheminement de l'aide et la remise en service des infrastructures.

Près de 8000 bénévoles, soit environ trois fois plus que le niveau enregistré jusqu'ici, pourraient être présents chaque jour durant la Golden Week dans la zone dévastée, selon le quotidien Yomiuri Shimbun.

Les besoins changent en permanence

L'arrivée de nombreux bénévoles a parfois désemparé certaines autorités locales qui ne savaient quelles tâches leur attribuer.

«Les besoins changent en permanence,» a souligné un responsable de la municipalité de Rikuzentakata, cité par le Tokyo Shimbun. «Nous espérons que les bénévoles se renseigneront à l'avance» avant de se rendre dans telle ou telle zone, a-t-il ajouté.

Si de nombreuses municipalités ont indiqué que l'aide était bienvenue durant les vacances, elles ont aussi souligné la nécessité d'un soutien sur le plus long terme pour redonner vie à une zone ravagée par un tremblement de terre de magnitude 9 suivi d'un tsunami qui ont fait près de 26.000 morts et disparus

Des millions de tonnes de débris

«Le besoin de bénévoles continuera à se faire sentir et augmentera même après la Golden Week», a indiqué la préfecture de Miyagi dans un communiqué.

«Si vous n'avez pas pu participer cette fois-ci, nous serions heureux que vous puissiez le faire à l'avenir et continuerons à communiquer sur l'évolution de la situation dans les zones touchées», ajoute le texte.

L'une des tâches les plus lourdes à laquelle sont confrontés les habitants des zones dévastées est l'évacuation de millions de tonnes de débris - maisons, voitures ou bateaux écrasés ou emportés par les vagues - qui jonchent une partie de la côte nord-est de l'archipel. (afp)

Ton opinion