20.06.2020 à 18:23

Suisse centraleDes vaches piquent la mouche et se muent en moutons: un loup en cause?

Huit bovins ont trouvé la mort après avoir chuté dans un ravin au terme d’une course folle. Les circonstances du drame sont peu claires. Le garde-chasse mène l’enquête.

1 / 5
Huit vaches ont trouvé la mort dans le lit d'une rivière, mercredi dans le canton d'Obwald.

Huit vaches ont trouvé la mort dans le lit d'une rivière, mercredi dans le canton d'Obwald.

dr
Les pauvres bêtes ont chuté dans un ravin après une course folle, selon des témoins.

Les pauvres bêtes ont chuté dans un ravin après une course folle, selon des témoins.

dr

dr

Un loup a-t-il provoqué une tragédie, mercredi à Kerns (OW)? Un troupeau de vaches visiblement apeurées a entrepris une course folle qui s’est terminée dans le lit d’une rivière. Les neuf bovins sont tombés d’une colline sur l’alpage de Betenebnet. Huit d’entre eux n’ont pas survécu. La piste du prédateur est évoquée.

«Je n’avais jamais vu un incident de la sorte», explique Roland Bucher au «Luzerner Zeitung». L’agriculteur obwaldien a assisté à la chute de la dernière vache, qui a «glissé avant de tomber dans un ravin». Les pauvres bêtes ne lui appartenaient pas, mais le drame s’est produit sur ses terres. «Prises de panique, elles ont parcouru plusieurs kilomètres. Nous avons essayé de stopper le troupeau en furie avec des voisins, mais nous n’avons rien pu faire, les vaches ont continué à courir sans raison», se souvient Roland Bucher.

Récupération politique

Les propriétaires d’une partie du bétail qui a échoué au fond de la rivière sont anéantis. La perte de leurs animaux, qui sont nés et ont grandi dans leur ferme, est un véritable coup dur qui risque de compromettre l’été à l’alpage. Les cinq bêtes qu’ils ont perdues étaient en pleine gestation. «Les vaches avaient entre deux et onze ans. Elles étaient donc expérimentées et avaient déjà connu des orages, raconte Rita Burch. Elles n’avaient jamais paniqué comme ça». Mais la paysanne ne veut pas spéculer sur l’implication d’un loup: «Pour le moment, nous ne savons pas ce qui s’est passé.»

Pourtant, vendredi, la conseillère obwalidenne Monika Rüegger (UDC) montait au front avec un «Ça suffit avec le loup maintenant» posté sur Twitter, illustré avec les macabres photos des animaux gisant au fond du cours d’eau. Une aubaine pour l’élue agrarienne, en pleine campagne en vue de la votation fédérale sur la révision de la loi sur la chasse, agendée en mai mais reportée au 27 septembre en raison du coronavirus.

Mais face à l’afflux de réactions d’internautes qui lui reprochaient d’aller un peu vite en besogne, la politicienne a finalement admis que sa «conclusion était peut-être un peu prématurée».

Aucun trace de loup dans la région, pour le moment

Il n’en reste que les autorités obwaldiennes se sont saisies de l’affaire. Le responsable du département de la chasse Cyrill Kesseli a indiqué à l’agence Keystone-ATS qu’un garde-chasse s’était rendu dans la région de Betenebnet afin d’observer la zone, mais qu’aucune trace de loup n’avait été découverte.

Un second fermier a néanmoins apporté un témoignage troublant, en indiquant qu’il y avait eu du grabuge dans son étable dans la nuit de mardi à mercredi. Le paysan a retrouvé un mystérieux poil sur la corne d’une vache. L’indice est actuellement en cours d’analyse pour savoir s’il appartient effectivement à un loup, a fait savoir Cyrill Kesseli, qui a néanmoins précisé que rien n’indique la présence d’un grand prédateur dans la région pour l’instant. Affaire à suivre donc.

(lub/mst)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!