Fiscalité: Des Vaudois verront leur facture d'impôts grimper
Publié

FiscalitéDes Vaudois verront leur facture d'impôts grimper

Le taux d'imposition cantonal va augmenter. Les communes s'étaient engagées à baisser le leur en contrepartie, mais nombre d'entre elles y renoncent finalement.

par
Yannick Weber
Selon où ils habitent, les contribuables vaudois ne seront pas tous logés à la même enseigne.

Selon où ils habitent, les contribuables vaudois ne seront pas tous logés à la même enseigne.

Keystone

Pour beaucoup de Vaudois, les impôts vont augmenter l'année prochaine. Mais certains seront plus chanceux que d'autres. Un transfert de charges des communes au Canton provoque l'augmentation du taux cantonal de 1,5 point. Les communes s'étaient engagées à répercuter le leur à la baisse pour compenser (lire encadré). Or un bon nombre d'entre elles renoncent finalement à y toucher. Avec pour résultat une facture qui va grimper pour les contribuables.

Ici, ça augmente...

Toutes les communes partagent la même inquiétude: les finances sont incertaines à cause de la baisse de la fiscalité des entreprises liée à la RIEIII vaudoise. Et c'est là que chacune réagit différemment. A Nyon, on joue la prudence, d'autant que les impôts y sont déjà parmi les plus bas du canton. «Il ne serait pas responsable de diminuer la fiscalité dans un contexte budgétaire et économique si incertain», déclare la Municipalité. Parmi les villes du canton, la décision a été la même à Montreux, à Morges, à Vevey et à La Tour-de-Peilz. La facture devrait donc y augmenter.

... et là, le status quo

Ailleurs, on s'inquiète aussi de l'état de ses finances, mais on opte pour une baisse malgré tout, quitte à revenir l'an prochain avec une hausse si nécessaire. «Notre commune avait déjà un des taux les plus élevés du canton. La population souhaite des arguments pour chaque augmentation. Là, nous n'en avions pas pour faire supporter cet effort à la classe moyenne», explique Jean-François Clément, syndic PS de Renens.

«Nous avons également décidé de respecter la convention de l'an dernier et allons baisser notre taux», note à son tour Philippe Jobin, syndic d'Echichens et député chef du groupe UDC au Grand conseil. S'il dit comprendre que certaines communes soient forcées d'être prudentes, il trouve que la hausse n'est pas anecdotique. «La fiscalité vaudoise est déjà l'une des pires de Suisse pour les personnes physiques. Des retraités risquent de nous quitter pour d'autres cantons, où ils auraient bien plus d'argent dans le porte-monnaie à la fin du mois», s'inquiète-t-il. Parmi les autres villes qui vont épargner à leurs contribuables une hausse d'impôts, on trouve Yverdon, Aigle, Gland et Payerne.

Transfert de charges

Les communes et le Canton ont dû longuement négocier: l'introduction de la RIEIII vaudoise et le refus de son volet fédéral ont mis en difficulté les finances des communes et des mesures devaient être prises. Le Canton acceptait notamment, dans la convention de 2018, de reprendre à sa charge l'entier des coûts de l'Association vaudoise d'aide et de soins à domicile, ce qui soulagerait les budgets des communes d'environ 70 millions. Ces dernières s'engageaient à répercuter la baisse, mais sans y être obligées. La convention rappelait également que les taux pour 2020 seraient, comme de coutume, soumis aux conseils communaux, voire au référendum.

Un sursis possible

Les communes ont jusqu'à fin octobre pour transmettre au Canton leur taux d'impôt. Avant, les conseils communaux devront voter pour valider la proposition de leur municipalité. «Certains d'entre eux risquent de grogner», imagine Philippe Jobin. A Lausanne, les membres de la commission des finances n'ont pas encore reçu le préavis de la municipalité. Mais son président, Valentin Christe (PLC) craint que le taux ne baisse pas. «On ressortira l'argument que ce n'est que l'équivalent d'un café par mois. Mais au final, c'est toujours moins d'argent dans le porte-monnaie pour la population», dénonce-t-il.

Ton opinion