Autriche: Des victimes d'abus préparent une plainte
Actualisé

AutricheDes victimes d'abus préparent une plainte

Des victimes autrichiennes d'abus sexuels et de maltraitance de prêtres ou de responsables religieux catholiques veulent déposer une plainte en nom collectif contre l'Eglise.

Citant l'avocat viennois Werner Schostal, le journal annonce que des victimes de ces abus ont créé une association «Victimes de la violence de l'Eglise» pour pouvoir déposer légalement une telle demande et réclamer jusqu'à 80.000 euros de dédommagements par victime. Cette somme lui semble justifiée pour les cas d'abus aggravés s'étendant sur plusieurs années.

«Dans un premier temps nous allons réclamer des dédommagements dans une procédure à l'amiable. Si l'Eglise ne se montre pas prête à uns solution de compromis, ou si les sommes qu'elle nous proposera sont trop peu élevées, alors nous déposerons une plainte en nom collectif», a indiqué l'avocat.

La plainte concernerait en premier lieu les responsables directs des abus mais également l'Eglise catholique comme «organisation supérieure» responsable de ses employés, a-t-il ajouté.

L'association des victimes nouvellement crée, qui estime que des centaines de personnes concernées vont la rejoindre, a, elle, indiqué au journal qu'elle envisageait une plainte contre deux évêques en particulier, l'Evêque d'Eisenstadt Paul Iby, et celui de Graz Johann Weber.

Ce dernier est soupçonné d'avoir maltraité ou abusé de près d'une vingtaine d'enfants à la fin des années 1970 et 1980. Il a été suspendu de ses fonctions début mars.

Selon un sondage de l'institut Market, effectué cette semaine auprès d'un échantillon représentatif de 704 personnes et publié samedi par le quotidien, 74% des Autrichiens ont estimé que l'Eglise ne ferait pas toute la lumière sur les cas de pédophilie révélés récemment.

Et plus d'un catholique sur quatre (30%) de la petite république alpine majoritairement catholique s'est déjà posé la question de quitter l'Eglise suite à ces révélations. Seul 1% des personnes interrogées a concrétisé cette pensée et a effectivement quitter l'Eglise récemment.

(afp)

Ton opinion