Actualisé 26.11.2015 à 09:47

Lausanne

Des vigiles privés pour parvenir à fermer à l'heure

Des restaurants McDonald's mandatent plusieurs agents afin de soulager leurs employés, qui peinent à se faire respecter.

de
Frédéric Nejad Toulami

Dans la nuit de samedi à dimanche, à 2 h dans le quartier du Flon, de nombreux jeunes se pressent à l'entrée du McDo. Sur le pas de porte, deux agents privés baraqués font poliment mais fermement barrage: «Désolé, mais l'établissement est en train de fermer.» La plupart des personnes présentes s'éloignent tranquillement, mais deux-trois individus essaient avec insistance de baratiner les cerbères en espérant s'acheter un burger ou des frites à l'emporter, en vain.

Pendant ce temps, à l'intérieur du fast-food, deux autres vigiles prient les derniers clients assis de bien vouloir quitter rapidement les lieux. «On nous envoie ici à quatre, car certaines nuits, c'est tendu avec des individus alcoolisés», confie l'un des agents.

Scénario similaire au même instant devant le McDo du haut de la rue de Bourg, où traînent de nombreux noctambules. Deux vigiles y empêchent des individus excités de rentrer. Une mission qui était confiée auparavant aux employés du fast-food, mais depuis environ un an, ils ne parviennent plus à se faire respecter seuls les nuits de fin de semaine.

«Le McDonald's est très prisé à 2 h du matin par une clientèle qui sort d'autres établissements où elle a consommé de l'alcool, ce qui nécessite une attitude proactive de notre part pour garantir des fins de soirée calmes et conviviales, notamment les week-ends, explique Jan Tanner, cadre chez Mobimo, société propriétaire du quartier du Flon. Il n'est pas toujours facile de convaincre les hôtes de quitter les lieux.»

Un rôle dissuasif

«La sécurité de nos hôtes et de nos collaborateurs est notre priorité absolue, assure la porte-parole de McDonald's, Béatrice Montserrat. Des agents de sécurité sont présents aussi à buts préventif et dissuasif face à des jeunes parfois énervés à la fermeture. Ils sont en place en fin de semaine dans les restaurants qui sont au coeur de la vie nocturne.» Et les gérants demandent aussi des vigiles en plus afin d'anticiper sur la probable forte affluence, selon la programmation de tel club ou de telle salle de concerts.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!