Affaire Kadhafi: Des visas touristiques en cause
Actualisé

Affaire KadhafiDes visas touristiques en cause

La longueur et la complexité des processus fait que beaucoup d'hommes d'affaires optent pour un visa touristique, plus simple à obtenir. Ce faisant, ils s'exposent à un risque.

Pas facile d'avoir ses papiers en règle pour un résident étranger en Libye.

Depuis que le pays s'est ouvert au tourisme, en 2000, obtenir un visa touristique est devenu très facile, a expliqué mercredi à l'ATS un homme d'affaires suisse. Fin connaisseur de la région, il s'exprimait sous couvert de l'anonymat.

Principal atout du visa touristique, sa flexibilité: il s'obtient en 24 heures, directement à l'aéroport de Tripoli. De quoi rendre le sésame «très tentant». Selon la loi, il est valable 30 jours, mais sa prolongation ne pose pas de problème lorsque l'on connaît les bonnes personnes sur place. «Toute personne qui fait des affaires en Libye a les relations nécessaires», dit l'homme d'affaires.

Lorsqu'il n'y a pas de problème, personne n'est inquiété. Mais le scénario peut changer du tout au tout dans un contexte tendu, comme lors de l'arrestation de Hannibal Kadhafi et de son épouse en été 2008.

Visa d'affaires plus contraignant

Valable entre 1 et 3 mois, le visa d'affaires est moins facile à obtenir, et surtout moins flexible. Il est émis par télex à l'ambassade libyenne du pays de résidence. «Il faut déjà compter une journée pour le déplacement et l'attente», à laquelle s'ajoute un délai de deux ou trois jours. Un bon réseau permet également de le prolonger.

Le visa de résident est lui le sésame le plus difficile à décrocher. Il faut travailler pour une société libyenne ou enregistrée en Libye, ou alors avoir un contrat qui nécessite du personnel libyen sur place. A ces conditions de base, s'ajoute un parcours du combattant administratif qui demande énormément de temps.

Ce permis en poche, l'entrepreneur étranger ne peut toutefois pas entrer et sortir du pays librement. A chaque déplacement, il doit solliciter un visa de sortie. Ce visa ne peut être délivré que par un seul responsable. «S'il est absent, il faut attendre son retour. C'est plus contraignant que le visa d'affaires, mais on est en règles», dit l'homme d'affaires. Il existe quelques rares permis multi-entrées, dont l'obtention est encore plus ardue.

Tout entrepreneur faisant des affaires en Libye doit pouvoir compter sur des appuis, notamment des personnes haut placées. Mais leur influence s'arrête dès qu'il est question de la famille Kadhafi, relève encore l'homme d'affaires.

(ats)

Ton opinion