Sécheresse: Des vivres pour que les enfants soient scolarisés

Actualisé

SécheresseDes vivres pour que les enfants soient scolarisés

Le gouvernement nigérien a affirmé samedi avoir acheminé plus de 360 tonnes de vivres afin de stopper l'absentéisme scolaire massif dans plusieurs régions.

1 / 21
Des femmes et leurs enfants, qui ont fui les attaques de groupes rebelles, travaillent dans un domaine cultivé avec l'aide des Nations Unies. Près de 7,7 millions de personnes sont désormais menacées de famine en République démocratique du Congo. (Lundi 14 août 2017)

Des femmes et leurs enfants, qui ont fui les attaques de groupes rebelles, travaillent dans un domaine cultivé avec l'aide des Nations Unies. Près de 7,7 millions de personnes sont désormais menacées de famine en République démocratique du Congo. (Lundi 14 août 2017)

AFP
«Nous sommes au XXIe siècle et la situation actuelle est une honte indéniable pour l'humanité», a affirmé Le chef de l'ONG Care International, samedi. Selon l'ONG, 60% de la population fait face au manque de nourriture, 370'000 cas de choléra ont été recensés, dont 1828 mortels, et la moitié des 27 millions d'habitants n'a pas accès à l'eau potable. (Image - Sanaa, 22 juillet 2017)

«Nous sommes au XXIe siècle et la situation actuelle est une honte indéniable pour l'humanité», a affirmé Le chef de l'ONG Care International, samedi. Selon l'ONG, 60% de la population fait face au manque de nourriture, 370'000 cas de choléra ont été recensés, dont 1828 mortels, et la moitié des 27 millions d'habitants n'a pas accès à l'eau potable. (Image - Sanaa, 22 juillet 2017)

Keystone
En plus de la famine, le choléra au Yémen touche désormais 20 des 22 provinces du pays, où 923 décès et 124'000 cas suspects ont été enregistrés en six semaines, selon un dernier bilan établi le 11 juin par l'ONU. (Lundi 12 juin 2017)

En plus de la famine, le choléra au Yémen touche désormais 20 des 22 provinces du pays, où 923 décès et 124'000 cas suspects ont été enregistrés en six semaines, selon un dernier bilan établi le 11 juin par l'ONU. (Lundi 12 juin 2017)

AFP

En raison de la sécheresse, de nombreux parents éleveurs sont forcés de migrer avec leurs familles à la recherche de pâturages.

Début mars, l'ONU s'était alarmée du fait que «33'000 enfants d'éleveurs (avaient) déjà abandonné l'école pour suivre leurs parents à la recherche de zones de pâturage favorables», notamment dans l'ouest et le centre-sud de cet Etat sahélien parmi les plus pauvres du monde.

Selon le ministre nigérien de l'Education, Daouda Mamadou Marthé, ces abandons ont atteint en avril le nombre de «54'779 élèves dans 738 écoles», a-t-il indiqué samedi en s'exprimant devant les députés, précisant que les régions de Tahoua (ouest) et Maradi (centre-sud) étaient les plus touchées.

«Dès l'annonce de ces difficultés, le gouvernement a pris des mesures avec ses partenaires pour envoyer des vivres dans les cantines» scolaires, a déclaré le ministre.

Graves crises alimentaires

Selon lui, le gouvernement a notamment acheminé 365 tonnes de vivres (riz, mil et haricots). Ces quantités correspondent aux besoins des élèves concernés pour une durée de «cinq mois», jusqu'aux vacances scolaires prévues en juin, a-t-il souligné.

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) a également acheminé «des kits non alimentaires» dans les régions concernées, selon le ministre.

En janvier dernier, le gouvernement avait reconnu «un déficit fourrager» de plus de 12 millions de tonnes pour 2016, avouant qu'il n'y aurait pas assez de fourrage pour nourrir les 40 millions de têtes du cheptel nigérien.

Le Niger, pays très aride, est souvent frappé par des sécheresses du fait de la faible pluviométrie, qui engendrent de graves crises alimentaires ou déciment le bétail. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion