Covid-19 en Suisse – Des voix en faveur de wagons réservés aux personnes masquées

Publié

Covid-19 en SuisseDes voix en faveur de wagons réservés aux personnes masquées

Le port du masque dans les transports publics doit bientôt être aboli. Certains voudraient pourtant que la mesure soit maintenue dans certains wagons.

Des wagons seulement pour les personnes masquées? Les CFF ne l’envisagent pas.

Des wagons seulement pour les personnes masquées? Les CFF ne l’envisagent pas.

TAMEDIA AG

Le Conseil fédéral doit annoncer mercredi la suite des opérations en vue de la levée des mesures de lutte contre le Covid-19. Même si les cas et les hospitalisations ont connu un rebond dans le courant du mois de mars, le gouvernement devrait garder le cap et supprimer l’obligation du port du masque dans les transports publics, et ce, probablement à partir de vendredi, selon «20 Minuten».

Des voix s’élèvent désormais, notamment sur les réseaux sociaux, pour demander de réserver des wagons de train où le masque resterait exigé afin de mieux protéger les personnes vulnérables. Une telle mesure n’est pas à l’ordre du jour, répondent les CFF. «A l’heure actuelle, aucun wagon de ce type n’est prévu», a expliqué Martin Meier, porte-parole de l’ex-régie fédérale. Il n’est pas non plus question de maintenir l’obligation générale de porter un masque comme envisagé dans les hôpitaux. «Les CFF et les entreprises de transports publics appliquent les directives de la Confédération depuis le début de la pandémie», répète la compagnie de chemin de fer.

La gauche veut maintenir l’obligation

Interrogée par «20 Minuten», Eveline Siegenthaler, fondatrice d’une organisation de soutien aux personnes à risque, défend par exemple l’idée de mettre en place de tels wagons spécifiques ou de prolonger l’obligation du port du masque: «Pour les pendulaires qui n’ont pas d’autres solutions pour se déplacer que les transports publics, il est judicieux de réserver des wagons spéciaux à certaines heures». Selon elle, une telle proposition n’a pas seulement du sens pour les patients à risque, mais aussi pour tous ceux qui veulent se protéger alors que le virus circule encore.

Pour les Verts, les wagons réservés aux porteurs de masque seraient une option envisageable, déclare leur président Balthasar Glättli. Le parti écologiste préférerait que l’obligation générale soit maintenue «tant que le virus circule aussi fortement», estime le politicien.

Les socialistes sont moins enthousiastes à propos des wagons spéciaux, mais estiment, tout comme les Verts, que l’obligation générale doit être maintenue jusqu’à ce que la situation se soit améliorée. Le PS va même plus loin: en cas de nouvelle forte hausse des cas et des hospitalisations, les socialistes demandent une réintroduction du port du masque à l’intérieur des bâtiments, précise Colin Vollmer, porte-parole du PS.

Du point de vue de l’infectiologue Andreas Widmer, il est impossible en pratique de mettre en place des wagons spécifiquement réservés aux personnes masquées. Le spécialiste défend le maintien des mesures actuelles car une levée totale des restrictions enverrait le message que la pandémie est terminée. «Et ce n’est tout simplement pas le cas!» prévient Andreas Widmer qui préconise la fin de l’obligation du port du masque à partir de 5000 cas quotidiens.

La moyenne des nouvelles infections quotidiennes enregistrées en Suisse ces derniers jours restait toujours en dessus de la barre des 10’000.

(hor/dnp/jba)

Ton opinion

280 commentaires