Genève - Des volatiles se soulagent et faussent un appareil météo
Publié

GenèveDes volatiles se soulagent et faussent un appareil météo

Un engin de MétéoSuisse a été rempli de fientes d’oiseaux, abaissant la valeur transmise.

par
Léonard Boissonnas
Au lieu de 25,3 mm, l’appareil a mesuré 15 mm de pluie. 

Au lieu de 25,3 mm, l’appareil a mesuré 15 mm de pluie. 

MétéoSuisse

«Des oiseaux ont confondu le pluviomètre avec les toilettes et l’ont bouché», relatait MétéoSuisse sur Twitter le 8 août. La veille, l’appareil, situé à l’aéroport de Genève, avait été arrosé, non par la pluie qui tombait, mais par des excréments de volatiles. Peut-être en raison de sa forme en entonnoir ou de sa ressemblance avec un perchoir? On ne le saura jamais.

Ainsi, la valeur transmise par l’instrument était près de deux fois inférieure à celle que l’on attendait, soit près de 15 mm au lieu de 25,3 mm, indique Didier Ulrich, prévisionniste au Centre régional ouest de MétéoSuisse, situé au bout du lac. «Dans une station comme celle-ci, il y a toujours deux pluviomètres», souligne-t-il. C’est d’ailleurs en comparant les informations que le problème a été repéré.

Pas d’influence

Ce type d’incident «arrive, avec de la fiente, un insecte ou une brindille, mais c’est marginal», complète Yves-Alain Roulet, chef de la division technique de mesures à MétéoSuisse, précisant que le réseau de mesures automatiques compte environ 300 pluviomètres.

Le contrôle des données en temps réel permet de rapidement détecter un dysfonctionnement. «Sur le nombre, c’est insignifiant et ça n’a pas d’influence sur nos produits.» D’autres éléments naturels peuvent causer des dégâts, ajoute le responsable: une souris rongeant un câble ou un coup de foudre, par exemple. Bien qu’inhérent à ce type d’installation à l’extérieur, cela n’arrive qu’«une ou deux fois par an».

Capteurs doublés

MétéoSuisse a 150 stations de mesures automatiques complètes, informe Yves-Alain Roulet. Elles prennent en compte, entre autres, la précipitation, le vent, la température, l’humidité et le rayonnement. A celles-ci s’ajoutent 130 stations automatiques qui ne mesurent que les précipitations. Sur des sites importants ou «critiques», comme à Cointrin ou à l’aéroport de Zurich, les capteurs sont toujours doublés pour une plus grande fiabilité.

Ton opinion

18 commentaires