Nigeria - Des voleurs de bétail tuent 88 villageois
Publié

NigeriaDes voleurs de bétail tuent 88 villageois

Sept villages du nord-ouest du pays ont été la cible d’attaques meurtrières menées par des hommes à moto qui agissent a priori par appât du gain et sans motivations idéologiques.

Depuis une dizaine d’années, des groupes criminels terrorisent les populations du nord-ouest et du centre du Nigeria. (Photo Luis TATO / AFP)

Depuis une dizaine d’années, des groupes criminels terrorisent les populations du nord-ouest et du centre du Nigeria. (Photo Luis TATO / AFP)

AFP

Plusieurs dizaines de voleurs de bétail armés ont tué 88 personnes dans des attaques menées contre sept villages au Nigeria, dans l’État de Kebbi (nord-ouest), a rapporté la police à l’AFP samedi.

«Nous avons établi que 88 personnes ont été tuées dans les attaques. Initialement, 66 corps avaient été retrouvés mais 22 de plus ont été découverts » a précisé le porte-parole de la police, Nafiu Abubakar. Les attaques ont été menées par des hommes à moto qui ont visé jeudi les villages de Koro, Kimpi, Gaya, Dimi, Zutu, Rafin Gora et Iguenge, dans le district de Danko-Wasagu.

«L’enquête est toujours en cours pour déterminer l’ampleur des destructions causées par les bandits et rechercher d’autres corps», a-t-il ajouté. Des policiers ont été déployés dans la région pour prévenir de nouveaux raids, tandis que les habitants des villages attaqués ont fui leurs maisons, a-t-il affirmé.

Vol de bétail

En avril, neuf policiers ont été tués dans cette zone lors d’une fusillade avec des hommes armés qui avaient investi un village du district de Sakaba pour y voler du bétail.

Depuis une dizaine d’années, des groupes criminels, appelés «bandits» par les autorités, terrorisent les populations du nord-ouest et du centre du Nigeria. Ils attaquent des villages, volent du bétail et enlèvent sur les routes des personnalités locales ou des voyageurs contre rançon. Ils opèrent à partir de camps situés dans la forêt de Rugu qui s’étend sur les États nigérians de Zamfara, Katsina, Kaduna et du Niger.

Ces gangs agissent a priori par appât du gain et sans motivations idéologiques, mais on craint de plus en plus qu’ils ne soient infiltrés par des djihadistes du nord-est du pays, où l’insurrection islamiste dure depuis douze ans. Ces derniers mois, ils ont multiplié les attaques visant des écoles, provoquant l’émoi dans le monde entier.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires