Actualisé 27.07.2012 à 14:01

JO 2012 - Natation

«Des yeux gros comme ça en voyant Djokovic»

Pour ses 3es JO, le nageur Dominik Meichtry (27 ans) a endossé le rôle du grand frère dans l'équipe. Pour offrir son aide à la nouvelle génération.

de
Oliver Dufour, Londres
Dominik Meichtry s'est spontanément mis au service de la relève.

Dominik Meichtry s'est spontanément mis au service de la relève.

«C'est un honneur pour moi de partager mon expérience avec les autres nageurs, assure le «vétéran» saint-gallois. Je ne suis pas leur père. Je me vois plutôt dans le rôle du grand frère. Il y a huit ans, des gens comme Yves Platel ou Remo Lütolf ont eu les mêmes gestes pour moi. C'est normal que je fasse de même. Je me tiens toujours à leur disposition en cas de questions.»

Fort de son expérience, Dominik Meichtry (photo) ne se laisse plus décontenancer par l'ampleur de la compétition. Ni par la présence de certaines superstars dans le village olympique. «Les «rookies» ouvrent encore parfois des yeux gros comme ça en voyant des Novak Djokovic, Kobe Bryant ou LeBron James, se marre le résident de Los Angeles. Je leur rappelle que nous avons tout autant mérité notre sélection. Que nous sommes un petit pays, mais avec un grand cœur.»

Bien qu'investi de sa mission de soutien, le nageur alémanique n'oublie pas ses propres objectifs. A commencer par les séries du 400m, samedi, puis du 200m, dimanche. «Sur le 200m, l'absence de Michael Phelps m'arrange. Mais d'autres jeunes sont arrivés. J'ai en tout cas retenu quelque chose de mes derniers JO: on ne gagne pas de médaille en réalisant le meilleur temps des séries. Sinon j'en aurais une, maintenant.»

Alexandre Liess, 200m papillon

«Je partage ma chambre avec Dominik Meichtry. Il est de bonne compagnie et sa présence me rassure aussi. Dominik m’a dit d’emblée que je ne devais pas hésiter à lui demander de l’aide en cas de besoin. Au début, ce n’était pas facile de ne pas se disperser. J’ai senti toute l’importance de l’événement et j’ai par exemple croisé Novak Djokovic. Mais dès le deuxième jour on commence à s’habituer à tout ça. Désormais je peux me concentrer sur ce que j’ai à faire. Ça ne m’empêche pas de bien profi ter de cette ambiance. Mon objectif aux Jeux est d’améliorer mon meilleur temps.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!