Drogue à Lausanne: Descente de police dans un établissement public
Actualisé

Drogue à LausanneDescente de police dans un établissement public

La police a effectué un contrôle général dans un établissement public de la rue Aloys-Fauquez. Sept personnes ont été interpellées.

par
cht/comm/nxp
La cocaïne était conditionnée en boulettes, elles-mêmes regroupées dans des «fingers». Ici, des sachets comprenant chacun 12 boulettes, soit un peu plus de 130 grammes, découverts sur un des individus.

La cocaïne était conditionnée en boulettes, elles-mêmes regroupées dans des «fingers». Ici, des sachets comprenant chacun 12 boulettes, soit un peu plus de 130 grammes, découverts sur un des individus.

Police lausannoise

Un contrôle général a eu lieu mardi 13 décembre dernier dans un établissement public de la rue Aloys-Fauquez à Lausanne. L'endroit était suspecté d'être un lieu de rencontre pour le trafic de stupéfiants. A juste titre, selon la police, qui explique dans un communiqué avoir arrêté 7 personnes.

Au moment de la descente, une vingtaine de clients étaient dans l'établissement, explique-t-elle. Tous ont été identifiés et sept hommes, des ressortissants nigérians, ont été conduits à l'Hôtel de police pour la suite de la procédure. Parmi eux, trois étaient en possession de produits stupéfiants et/ou d'argent. Le premier avait 134 grammes de cocaïne et 2130 francs et le second en possédait 13,2 grammes. Le troisième, qui faisait l'objet d'un mandat d'arrêt, détenait une boulette ainsi que 5430 francs. Le Ministère public a demandé la mise en détention de deux d'entre eux et prononcé une ordonnance pénale immédiate.

Sur le sol, les agents ont encore découvert cinq sachets de cocaïne. En tout ce sont 259 boulettes, représentant un peu plus de 190 grammes de drogue, qui ont été ainsi saisies, précise encore le communiqué.

A noter encore que plusieurs dizaines de policiers, dont des membres du Groupe d'intervention de la Police de Lausanne, de la Brigade canine et des inspecteurs de la Police judiciaire, ont été engagés pour l'opération.

Ton opinion