Actualisé 11.08.2017 à 22:26

Hockey - LNADescloux joue gros dès les matches amicaux

Le gardien genevois doit montrer qu'il a sa place au plus haut niveau dès la préparation. Et le jeune homme en a parfaitement conscience.

par
Robin Carrel
Le Sentier

Prêté une deuxième fois de suite à Ambri-Piotta, Gauthier Descloux, 21 ans, a été rappelé à la fin du mois de juillet par Genève-Servette à la suite de la blessure du titulaire Robert Mayer. Une occasion de briller avec le club du bout du Lac, avec lequel il est sous contrat jusqu'en 2019. Le neveu d'Antoine Descloux joue gros lors de la préparation de la saison à venir. Interview à la Vallée de Joux.

Parlez-nous de ce début de saison un peu étonnant. Vous pensiez le passer au Tessin et vous revoilà avec Genève...

Ce sont les aléas du sport, on va dire. Depuis le début que je suis à Genève, je sais que ça bouge un peu. Ajoie, Martigny, tout ça... Du coup, c'était une petite surprise, mais on doit s'y faire vite et si on ne voit pas ça comme une opportunité et que ça commence à nous déranger, alors ça ne va pas nous faire avancer. Je vais me concentrer sur Genève pendant que je suis là et je suis content.

Et à votre âge, l'important c'est de jouer.

Ouais... Oui, alors jouer, c'est sûr. Mais jouer à un niveau qui soit, optimalement, un poil meilleur que celui dans lequel on pouvait jouer auparavant. Maintenant, c'est à moi, aussi, de donner satisfaction pour avoir plus de matches et donner de la confiance aux entraîneurs, pour les convaincre.

C'est une petite pression supplémentaire ou c'est de la bonne pression?

Une petite pression, c'est sûr. De la bonne pression... Je ne pense pas qu'il y en ait de la mauvaise en sport. Quand on peut faire ce qu'on aime dans la vie, on n'a pas le droit de se plaindre. Ça me fait grandir, ça m'aide à me construire de nouvelles qualités et on fait avec.

Et la cohabitation avec Christophe Bays, ça doit être agréable...

Christophe, je le connais bien. On va l'appeler «Bobby», comme on l'appelle tous. Je le connais bien depuis un moment. Ça fait longtemps qu'il est à Genève et moi aussi. On s'entend vraiment bien. Je pense qu'on a des qualités qui sont différentes au niveau de notre style de jeu. On peut donc chacun pousser l'autre dans des domaines qui ne sont pas habituels pour nous. Moi, ça me fait beaucoup de bien de le regarder. D'apprendre de son calme et du fait qu'il ne se prenne jamais la tête. Je pense lui amener quelques bons trucs aussi et de la fraîcheur. J'aime beaucoup la concurrence qu'on se donne en ce moment.

Votre but, c'est vraiment de marquer les esprits pendant cette préparation, pour que le GSHC n'ait pas besoin d'aller chercher du renfort?

Je n'ai pas le choix! On ne peut pas s'endormir et attendre que les choses nous tombent dans les bras. Ce serait l'idéal. Après, c'est le sport. On verra bien comment ça se passe... Actuellement, l'objectif est de se concentrer sur les performances, comme le prochain match de préparation. Il faut y aller pas après pas et essayer de ne pas rater une marche. Comme ça on peut monter gentiment de niveau.

En fait, votre championnat à vous a d'ores et déjà commencé...

Exactement.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!