Oulens-sous-Echallens (VD): Déstockage d'habits Switcher par un boucher
Actualisé

Oulens-sous-Echallens (VD)Déstockage d'habits Switcher par un boucher

Un boucher a racheté 332 des 572 palettes d'habits qu'un homme d'affaires avait raflées lors d'une vente organisée par l'office des poursuites en février.

par
apn
Des centaines de milliers de vêtements de la marque Switcher seront mis en vente à la grande salle d'Oulens-sous-Echallens. Ce déstockage est organisé par un boucher du village qui a racheté 332 palettes d'habits à l'homme d'affaires bâlois qui avait raflé la mise lors d'une vente aux enchères en février à Lausanne.

Des centaines de milliers de vêtements de la marque Switcher seront mis en vente à la grande salle d'Oulens-sous-Echallens. Ce déstockage est organisé par un boucher du village qui a racheté 332 palettes d'habits à l'homme d'affaires bâlois qui avait raflé la mise lors d'une vente aux enchères en février à Lausanne.

Boucher, amateur de combats de reines et, maintenant, vendeur occasionnel d'habits... Patrick Perroud, un habitant d'Oulens-sous-Echallens (VD), a racheté à l'homme d'affaires bâlois Hasan Berisha, boss de R.B import-export, 332 des 572 palettes d'habits de la marque Switcher que celui-ci avait raflées pour un quart de million de francs lors d'une vente aux enchères organisée en février 2017 par l'office des poursuites de Lausanne. L'information émane du site arcinfo.ch et du journal 24 heures.

L'acquisition du businessman d'origine balkanique faisait suite à la faillite de Switcher. Il avait annoncé, il y a un peu plus de deux mois, que les 467'000 vêtements portant le logo de la baleine jaune allaient être «revendus en Albanie, au Kosovo ou en Macédoine». Finalement, c'est bel et bien en Suisse, et plus précisément dans le canton de Vaud, que la plupart de ces milliers d'habits vont rester.

«Heureux que ça ne parte pas dans les Balkans»

Patrick Perroud, le nouvel acquéreur de la majeure partie des habits Switcher, a annoncé une opération de déstockage du 12 au 14 mai à la grande salle d'Oulens-sous-Echallens, dans le Gros-de-Vaud. «Je suis content que ces habits puissent rester dans notre pays et pas partir dans les Balkans. Cela me tenait à cœur. Je ne cherche pas à faire des bénéfices. Ce sont des amis qui m'ont prêté l'argent pour racheter ces palettes d'habits», a indiqué le boucher d'Oulens-sous-Echallens.

Ton opinion