Actualisé 21.02.2020 à 07:19

Commerce de détailMigros et Coop parmi les meilleurs du monde

Migros a maintenu sa 39e place dans la liste des 50 premiers distributeurs de la planète, tandis que Coop a reculé de deux rangs à la 46e place.

Les deux plus gros distributeurs de Suisse restent dans le top 50.

Les deux plus gros distributeurs de Suisse restent dans le top 50.

Keystone

Les deux géants orange du marché suisse de la distribution Migros et Coop figurent toujours parmi les 50 premiers distributeurs mondiaux. Si le premier conserve la 39e place, le second a reculé de deux rangs, à la 46e place.

Les 250 plus grands détaillants du monde ont généré un chiffre d'affaires de 4740 milliards de dollars (environ 4662 milliards de francs) en 2018, selon le classement établi par Deloitte publié jeudi. Cela correspond à une croissance de 4,1%.

Migros a maintenu sa 39e place, tandis que Coop a reculé de deux rangs, à la 46e place. Richemont figure dans le top 100 pour la première fois (96e), «l'activité de vente au détail et son nouveau segment de vente en ligne en particulier ayant eu un impact positif sur les performances», estime le cabinet de conseil.

Le détaillant aéroportuaire bâlois Dufry (120e) est l'un des détaillants présentant l'expansion la plus rapide du monde, avec un taux de croissance annuelle moyen de 19,5% dans les dernières cinq années (2013-2018).

Possibilité de croissance en ligne

La tête du classement continue d'être dominée par les entreprises américaines Walmart et Costco. Amazon est troisième. Les spécialistes allemands des bas prix Lidl et Aldi se sont classés respectivement 4e et 8e. Les dix plus grands détaillants du monde représentaient près d'un tiers (32,2%) du chiffre d'affaires total en 2018.

Concernant le marché suisse de détail, 2020 ne devrait pas être une année très dynamique, selon le cabinet de conseil. Les défis géopolitiques et la force du franc sont vus comme des freins, mais le développement des ventes en ligne devrait soutenir l'activité.

«Le commerce électronique devrait continuer de croître, en particulier dans le secteur de l'alimentation et des boissons, où ses parts de revenus sont loin des niveaux constatés dans d'autres pays», selon Karine Szegedi, membre de la direction de Deloitte Suisse et experte en consommation, citée dans le document.

L'épidémie de coronavirus pourrait également avoir un impact sur certains détaillants suisses. «L'industrie du luxe et de l'horlogerie en ressent déjà l'impact, car les ventes sur le marché asiatique s'effondrent», a-t-elle ajouté. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!