Détection du cancer de la vessie facilitée par des Lausannois
Actualisé

Détection du cancer de la vessie facilitée par des Lausannois

Grâce à des chercheurs lausannois, il est désormais possible de détecter très tôt et de manière fiable les cancers de la vessie.

Ce succès scientifique et médical est également devenu un succès commercial depuis qu'il a été reconnu par les autorités européennes.

Les scientifiques de l'Ecole polytechnique de Lausanne (EPFL) ont développé une molécule, baptisée Hexvix, qui, lorsqu'elle est administrée aux patients, rend fluorescentes les tumeurs de la vessie. Celles-ci se laissent ainsi plus facilement repérer par endoscopie en vue de leur ablation, a indiqué mercredi le Fonds national suisse (FNS), qui a soutenu les recherches.

L'Hexvix vient de recevoir le statut de procédé standard, ce qui signifie qu'il s'agit de la méthode la plus fiable pour la détection, le traitement ou l'étude de la maladie en question, précise le FNS dans son communiqué. La molécule devrait prochainement être homologuée par l'administration américaine.

«On doute parfois des retombées économiques de la recherche fondamentale. L'aventure de l'Hexvix est une nouvelle preuve que ce passage est possible, que la science la plus fondamentale aboutit bien plus souvent qu'on ne l'imagine à des applications dont certaines se révèlent être de réels succès», se réjouit le FNS.

Et de rappeler que faute de détection précoce, le cancer de la vessie peut se révéler particulièrement agressif. On recense 200 000 nouveaux cas chaque année en Europe et aux Etats-Unis, dont 30 %, soit 60 000, s'avèrent mortels. (ats)

Ton opinion