Actualisé 16.07.2017 à 09:41

VaudDétention maintenue après le casse de Bussigny

Le Tribunal fédéral a une nouvelle fois confirmé le maintien en détention d'une femme après le braquage d'un fourgon blindé à Bussigny, le 30 décembre 2015.

Incarcérée depuis plus d'un an, la femme soupçonnée d'avoir aider à blanchir l'argent ne pourra pas sortir sitôt de prison.

Incarcérée depuis plus d'un an, la femme soupçonnée d'avoir aider à blanchir l'argent ne pourra pas sortir sitôt de prison.

Keystone

Le butin de l'attaque s'élèverait à plus de deux millions de francs.

Cette détenue, qui a la double nationalité brésilienne et suisse, est la soeur d'un des prévenus, suspecté d'avoir monté le coup et lui aussi en détention. Elle a été appréhendée le 10 mai 2016 et est soupçonnée d'avoir défini avec son frère la façon de blanchir l'argent du braquage.

Prévenue de complicité de brigandage qualifié, de faux dans les titres et de blanchiment d'argent qualifié, elle aurait emmené le butin à son domicile pour le compter. Elle en aurait ensuite placé une partie dans un coffre ouvert auprès de la Banque cantonale vaudoise (BCV).

Transferts d'argent au Brésil

La jeune femme aurait ensuite remis à l'un des auteurs du braquage un montant de 100'000 francs correspondant à sa part du butin. Elle aurait ensuite exécuté plusieurs transferts d'argent au Brésil.

Dans un arrêt diffusé vendredi, le Tribunal fédéral confirme son maintien en détention, en raison des dangers de fuite et de collusion, et des soupçons qui pèsent sur elle.

Convoyeur suspecté

Malgré une incarcération qui dure depuis plus d'une année, la prolongation de la détention, ordonnée par le Tribunal des mesures de contrainte, ne viole pas le principe de proportionnalité, selon le TF. L'enquête se poursuit et nécessite notamment des mesures d'instruction au Brésil.

Le braquage avait eu lieu dans la zone industrielle de Bussigny en début de soirée. Deux hommes masqués et armés avaient agressé deux convoyeurs de fonds, les avaient attachés avant de s'enfuir avec le butin. Frère de la recourante, l'un des convoyeurs, détenu à Bois-Mermet, est accusé d'avoir organisé le braquage avec la complicité d'autres comparses, dont plusieurs proches. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!