Actualisé 04.03.2013 à 13:40

Afrique du SudDétenu mort: supplément d'enquête réclamé

La justice sud-africaine a reporté lundi la première comparution des huit policiers accusés du meurtre d'un Mozambicain, qu'ils ont traîné menotté derrière leur véhicule la semaine dernière, après un banal contrôle pour un taxi mal garé.

ATTENTION CETTE VIDÉO PEUT HEURTER LA SENSIBILITÉ DE CERTAINES PERSONNES.

«L'affaire est reportée au 8 mars pour l'audience de remise en liberté sous caution», a déclaré le juge. Le Mozambicain, âgé de 27 ans, est décédé mardi au commissariat de Daveyton, dans la banlieue est de Johannesburg, après une interpellation mouvementée dont les images ont scandalisé le monde entier. Sur la vidéo, on y voit le jeune homme, encerclé par les agents puis menotté et traîné au sol attaché à un camion de police sous les yeux des passants ahuris.

L'autopsie a montré que la victime est morte moins de deux heures et demie plus tard des suites de blessures à la tête et d'une hémorragie interne.

Identification des agents

La justice veut maintenant vérifier que les huit policiers incriminés sont bien les auteurs, et les faire identifier par des témoins. Ils ont été mis à pied et incarcérés.

Elle veut aussi, selon la chaîne d'information eNCA, vérifier si le jeune homme a été passé à tabac par les policiers dans sa cellule du commissariat, ce qui les rendrait coupables de meurtre avec préméditation, passible d'une peine pouvant aller jusqu'à la perpétuité.

L'affaire a suscité la réprobation internationale, quelques mois seulement après la tragédie de la mine de Marikana, théâtre de la pire fusillade policière depuis l'apartheid. Trente-quatre mineurs avaient été abattus par des policiers, qui avaient «tiré dans le tas» et ensuite achevé certains grévistes. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!