Berne: Détenus suivis via satellite dans toute la Suisse?
Actualisé

BerneDétenus suivis via satellite dans toute la Suisse?

Les directeurs de police veulent introduire le bracelet électronique muni d'un GPS dans toute la Suisse. Les résultats d'un projet pilote introduit dans les deux Bâles en 2011 sont prometteurs.

par
Olivia Fuchs
Zurich veut jouer un rôle central dans la surveillance des détenus via satellite.

Zurich veut jouer un rôle central dans la surveillance des détenus via satellite.

Depuis plus d'un an, les cantons de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne surveillent certains criminels via un satellite qui repère des bracelets électroniques spéciaux. Ces dispositifs combinés avec un GPS se sont révélés si efficaces qu'ils pourraient bientôt être utilisés dans toute la Suisse.

En févier, la Conférence des directeurs des départements cantonaux de justice et police (CCDJP) a nommé une commission pour qu'elle coordonne l'introduction de bracelets électroniques dans toute la Suisse. Selon le «SonntagsBlick», les dispositifs munis d'un système de géolocalisation seraient une variante qui intéresse la CCDJP. Le secrétaire général de celle-ci, Roger Schneeberger, a confirmé l'information.

Impossible de supprimer tous les risques

Avec le bracelet GPS, les autorités peuvent non seulement vérifier si un détenu respecte son assignation à résidence, mais également connaître à tout moment l'endroit où se trouve la personne mise sous surveillance.

Gerhard Mann, directeur des Affaires sociales et pénitentiaires du canton de Bâle-Campagne, rappelle néanmoins que, malgré le GPS, il est impossible de supprimer tous les risques: «Le système de géolocalisation n'est qu'un élément de sécurité supplémentaire. On peut, par exemple, contrôler qu'un détenu respecte les conditions liées à un congé de courte durée. Et, lorsqu'un délinquant sexuel se rapproche d'une zone qui lui est interdite, comme les écoles, alors une alarme est automatiquement déclenchée.»

Projet pilote à Zurich

Convaincu par le système de géolocalisation, le canton de Zurich souhaite jouer un «rôle important» dans la surveillance des détenus via satellite, affirme Rebecca de Silva, directrice des Affaires pénitentiaires du canton. Plusieurs projets seraient actuellement en cours et les discussions avec d'autres cantons auraient déjà été lancées. Selon la Zurichoise, le système de bracelet électronique muni d'un GPS fait sens, à condition toutefois que de nombreux autres cantons y participent.

A partir de 2014, Zurich lancera donc un projet pilote analogue à celui des deux Bâles dans les centres de détention pour adolescents et jeunes adultes. Le canton prévoit aussi la construction d'une centrale qui enregistre toutes les alarmes et informe immédiatement la police, les travailleurs sociaux et les services psychiatriques.

Ton opinion