Série: Detroit refuse d'être la «ville du crime»

Actualisé

SérieDetroit refuse d'être la «ville du crime»

Des membres du Conseil municipal ne veulent pas que la série «Detroit 1-8-7» associe leur ville au meurtre.

par
Laurent Flückiger
Michael Imperioli («Les Soprano») et son équipe aux homicides.

Michael Imperioli («Les Soprano») et son équipe aux homicides.

Une polémique va peut-être déclencher le buzz autour d'une nouvelle série dramatique tournée à Detroit, moins de deux mois avant sa diffusion sur ABC. Des membres du Conseil municipal de la ville du Michigan s'inquiètent que le contenu de «Detroit 1-8-7» – des enquêtes sur des homicides – ne vienne renforcer certains stéréotypes associés au crime.

«Le titre lui-même est négatif (187 est le code utilisé par la police pour les meurtres, n.d.l.r.), déclare le conseiller Kwame Kenyatta. Ils utilisent comme sujet principal Detroit comme capitale du meurtre, comme si nous produisions des meurtres à la chaîne.» Mardi dernier, Kenyatta a appelé à une résolution visant à changer le nom de la série.

Ce n'est pas la première fois que des politiques montent au créneau contre la représentation d'une cité dans un projet créatif. En 2007, le maire de New York, Michael Bloomberg s'était insurgé contre le choix d'associer sa ville au jeu vidéo «GTA», craignant un regain de violence contre les forces de l'ordre. Dans le Michigan, pourtant, la mairie calme le jeu. Le bureau de Dave Bing a indiqué que Detroit perdrait son attractivité si des élus continuaient à réagir de façon excessive. Il a ajouté que les producteurs «auraient pu – et peuvent toujours – déplacer ce projet dans une autre ville et le filmer sans notre apport ou notre accord». Fâcheux, alors que la chaîne ABC a alloué un budget à «Detroit 1-8-7» qui injectera plus de 25 millions de francs dans l'économie locale.

En réalité, au lieu d'éjecter de la grille la nouvelle série, ce bruit médiatique autour de «Detroit 1-8-7» attirera peut-être plus de téléspectateurs sur la chaîne américaine le 21 septembre.

Le trailer de «Detroit 1-8-7»:

Ton opinion