Etats-Unis: Deutsche Bank sous enquête pour blanchiment
Actualisé

Etats-UnisDeutsche Bank sous enquête pour blanchiment

La justice américaine soupçonne la banque allemande d'avoir transféré des milliards de dollars en Iran et dans d'autres pays soumis à des sanctions.

Les autorités judiciaires américaines mènent une enquête contre la Deutsche Bank ainsi que d'autres établissements d'envergure mondiale. Ceux-ci auraient transféré des milliards de dollars pour le compte de l'Iran, du Soudan et d'autres pays soumis à des sanctions, a rapporté samedi le «New York Times».

L'enquête n'en est qu'à ses prémices, ont indiqué les autorités au «New York Times», ajoutant que la Deutsche Bank n'avait a priori pas procédé à des transferts de fonds, pour le compte de clients iraniens par le biais d'opérations aux Etats-Unis, après 2008.

En 2007, la banque avait décidé de «ne pas s'engager dans de nouvelles transactions avec des établissements de pays tels que l'Iran, la Syrie, le Soudan et la Corée du Nord» et «de mettre fin aux échanges existants dans la mesure du possible du point de vue légal», a indiqué un porte-parole au quotidien.

Cette enquête sur la Deutsche Bank s'inscrit dans une série d'enquêtes menées depuis 2009 contre des établissements financiers, suggérant que celles-ci ont souvent transféré des fonds pour des banques et des société iraniennes, en profitant d'une faille aux Etats-Unis qui a pris fin en 2008, note le «New York Times».

Accord entre New York et Standard Chartered

D'après l'article, les procureurs américains se sont aussi intéressés à un accord du 14 août portant sur le versement de 340 millions de dollars par la banque londonienne Standard Chartered à l'Etat de New York. L'accord amiable suggère que les autorités américaines sont divisées ou manquent de coordination. Il dissuaderait les banques et les régulateurs étrangers de coopérer avec Washington.

Pour le moment l'enquête sur Standard Chartered, soupçonnée de transactions illégales pour le compte de l'Iran, n'a toutefois pas permis de déterminer le moindre transfert d'argent destiné à des terroristes, des cartels de la drogue, des individus ou des compagnie de pays sous sanction.

Au cours des dix dernières années, les Etats-Unis et leurs alliés n'ont cessé d'accroître les sanctions contre les banques iraniennes, les institutions et les individus, dans une tentative pour faire cesser le programme d'enrichissement nucléaire de l'Iran. La République islamique d'Iran est soupçonnée de vouloir développer l'arme atomique, sous couvert de programme nucléaire civil.

(ats)

Ton opinion