Jura: Deux ans de retard pour le chantier de la Transjurane

Actualisé

JuraDeux ans de retard pour le chantier de la Transjurane

L'achèvement de l'autoroute A16 sur sol jurassien est repoussée de deux ans en raison de difficultés géologiques.

Le tronçon de 4,7km entre Delémont-Est et Choindez ne sera ouvert au trafic qu'à fin 2016. Les délais des autres tronçons seront respectés.

Ce sont les travaux pour la réalisation du tunnel entre Courrendlin et Choindez qui se révèlent beaucoup plus complexes en raison de la nature très instable de la roche. Les travaux de reconnaissance ont montré qu'il fallait s'attendre à une augmentation des difficultés techniques, a annoncé jeudi le canton du Jura.

Trafic dans un village

Entre 10 000 et 12 000 véhicules continueront de traverser chaque jour pendant au moins sept ans encore le village de Courrendlin. La fin des travaux du tunnel de Choindez était même d'abord planifiée pour l'automne 2017. Différentes mesures ont permis d'atténuer l'impact des conditions géotechniques et de diminuer la durée du chantier d'une année.

Les délais d'ouverture des deux autres chantiers seront respectés, a assuré le canton: 2011 pour le tronçon Boncourt-Bure et 2014 pour celui de Bure à Porrentruy. C'est aussi à fin 2014 que le tronçon entre Delémont et Choindez aurait dû entrer en service.

La longueur des procédures a aussi contribué à reporter le délai de réalisation de ce tronçon. La Transjurane qui va de Boncourt (JU) à Bienne (BE) sera achevée selon le nouveau calendrier simultanément dans les cantons du Jura et de Berne. Dans le Jura bernois, le dernier tronçon est celui reliant Court à Loveresse.

Patience de mise

Aujourd'hui, l'A16 demeure une autoroute saucissonée, avec des portions ouvertes au trafic et d'autres en chantier ou en projet. La Transjurane va ainsi jusqu'à Tavannes, puis reprend à Moutier Nord avant de s'interrompre à Choindez (JU) et de recommencer à Delémont pour s'achever à Porrentruy Ouest.

Actuellement, seuls 48,5km des 85km de la Transjurane, soit 57% du tracé, sont ouverts au trafic. Il y a pourtant plus de 27 ans que les citoyens Jurassiens ont accepté par 71% des voix le principe d'une autoroute.

(ats)

Ton opinion