Genève: Deux arrachages de montres de luxe à l’heure de la justice

Publié

GenèveDeux arrachages de montres de luxe à l’heure de la justice

Les tocantes de plusieurs milliers de francs avaient été dérobées en pleine
rue. Trois individus comparaissaient mercredi.

par
Léonard Boissonnas
jef
Les vols de belles tocantes se multiplient au bout du lac. 

Les vols de belles tocantes se multiplient au bout du lac. 

Getty Images

Deux individus faisant le guet, et deux autres qui détournent l’attention de la future victime avant de l’agresser. C’est le «modus operandi» reproché à quatre hommes, dont trois sont jugés notamment pour brigandage et tentatives de vols aggravés, car commis en bande.

Les prévenus sont accusés d’avoir commis un violent arrachage de montre en mars dernier, une Franck Muller de 7000 francs, près de la Perle du Lac. Leur victime, un homme d’une soixantaine d’années, a tenté de se défendre, mais, selon l’acte d’accusation, il a été frappé, chutant au sol. C’est à ce moment-là que la police, qui filait les quatre individus depuis deux heures, les a interpellés. Leur comportement avait éveillé l’attention des agents, a expliqué l’un d’eux à l’audience, mercredi: «Il y avait deux duos distincts, mais, avec notre expérience, on a compris qu’ils étaient ensemble.»

Un week-end en touristes


Les trois accusés, deux ­Algériens et un Libyen domicilié en France, dans la vingtaine, ont contesté la plupart des faits et raconté être venus à Genève «pour passer le week-end». L’un a reconnu avoir volé la montre «sans violence», mais nié la participation des autres. Un autre a aussi fermement réfuté avoir pris part, en 2021, à l’arrachage d’une Patek Philippe à 18’000 francs, avec trois individus. Le propriétaire avait été projeté au sol et blessé à la tête, tandis que son épouse avait été violemment repoussée.

La procureure a réclamé des peines allant de 30 à 36 mois de prison et des expulsions pour 5 ans, entre autres. La défense a dénoncé un dossier presque vide, manquant de preuves. Elle a réclamé l’acquittement pour les brigandages et les ­tentatives de vols. Le verdict est attendu jeudi. 

Un «sport» pratiqué par des Napolitains

L’arrachage de montres de luxe est devenu un sport en vogue à Genève, surtout pratiqué par des malfrats napolitains en scooter. En 2019, trois d’entre eux ont été arrêtés pour ce type de faits, alors que deux autres étaient condamnés pour le vol de cinq montres, d’un bracelet et d’un collier valant 450’000 francs. En 2021, un autre Napolitain a été pincé. Il s’était approprié deux tocantes valant 315’000 francs. Et fin octobre, deux autres voleurs ont été interpellés à Naples. En juin 2021, ils avaient arraché une montre évaluée à 130’000 francs.

Ton opinion