Actualisé 23.12.2016 à 07:47

AllemagneDeux arrestations pour un projet d'attentat

Deux frères originaires du Kosovo ont été arrêtés dans la région de Duisburg.

1 / 82
Un an après l'attentat de Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel, critiquée pour son manque d'empathie et des négligences de la part des autorités, rencontre les proches des victimes. (Lundi 18 décembre 2017)

Un an après l'attentat de Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel, critiquée pour son manque d'empathie et des négligences de la part des autorités, rencontre les proches des victimes. (Lundi 18 décembre 2017)

AFP
La ville de Berlin accuse la police locale d'avoir falsifié un document qui aurait théoriquement pu conduire à l'arrestation d'Anis Amri avant qu'il ne commette l'attentat. (Mercredi 17 mai 2017)

La ville de Berlin accuse la police locale d'avoir falsifié un document qui aurait théoriquement pu conduire à l'arrestation d'Anis Amri avant qu'il ne commette l'attentat. (Mercredi 17 mai 2017)

AFP
Le ministre italien de l'Intérieur, Marco Minniti, a défendu jeudi devant la presse étrangère les deux policiers qui ont abattu Anis Amri. Les deux hommes sont soupçonnés d'être racistes ou nostalgiques du fascisme. (2 mars 2017)

Le ministre italien de l'Intérieur, Marco Minniti, a défendu jeudi devant la presse étrangère les deux policiers qui ont abattu Anis Amri. Les deux hommes sont soupçonnés d'être racistes ou nostalgiques du fascisme. (2 mars 2017)

AFP/archive

Les forces spéciales ont arrêté à Duisburg deux hommes soupçonnés de préparer un attentat contre un centre commercial. Il s'agit de deux frères âgés de 28 et 31 ans, nés au Kosovo.

Ils sont soupçonnés d'avoir projeté d'attaquer le centre commercial Centro d'Oberhausen, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, indique dans la nuit de jeudi à vendredi la police dans un communiqué.

Les forces de l'ordre mettent actuellement tout en oeuvre pour déterminer a quel point les préparatifs étaient avancés et si d'autres personnes sont impliquées, écrivent-elles.

En début de soirée, elles étaient intervenues dans le centre visé, après une information émanant des services de sécurité, mais n'avaient pas indiqué la raison de leur présence. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!