Athlétisme: Deux athlètes en viennent aux mains sur la piste

Actualisé

AthlétismeDeux athlètes en viennent aux mains sur la piste

Les deux Français, Mehdi Baala et Mahiedine Mekhissi se sont battus vendredi soir après leur 1500 m lors du meeting de Monaco.

La Fédération française d'athlétisme (FFA) a annoncé samedi qu'elle avait suspendu provisoirement Mehdi Baala et Mahiedine Mekhissi Benabbad, qui devront s'expliquer devant une commission disciplinaire pour leur altercation lors de la réunion à Monaco vendredi soir.

«Suite au comportement inqualifiable de Mehdi Baala et Mahieddine Mekhissi Benabbad, vendredi soir lors du meeting Herculis de Monaco, Bernard Amsalem, président de la Fédération française d'athlétisme, a décidé, ce jour, de saisir en urgence la commission disciplinaire de la FFA afin de faire toute la lumière sur cet incident et prendre les mesures qui s'imposent», explique la FFA dans un communiqué.

Cette commission se réunira en urgence et au plus tôt sous 8 jours, précise la fédération, qui explique qu'en attendant, «le bureau fédéral conformément aux règlements généraux a décidé d'une suspension provisoire des deux athlètes».

Les deux médaillés olympiques de Pékin, qui ne s'apprécient guère, en sont venus aux mains au terme du 1500 m avant d'être séparés. (afp)

Mahiedine Mekhissi Benabbad a «honte»

Le Français Mahiedine Mekhissi Benabbad a dit samedi qu'il éprouvait «un sentiment de honte et de culpabilité» au lendemain de sa bagarre avec Mehdi Baala lors de la réunion d'athlétisme de Monaco.

«Je regrette sincèrement d'avoir mal réagi à la provocation. Tout est parti d'un malentendu, ce n'est pas digne des valeurs de notre sport l'athlétisme. Ce comportement ne me ressemble pas, c'est une réaction incompréhensible et stupide», souligne le vice-champion olympique du 3000 m steeple dans un communiqué transmis à l'AFP.

«Je me dois d'être exemplaire et je déplore ces gestes honteux. Je m'excuse auprès des téléspectateurs, du public, des fans, de mes partenaires qui m'ont toujours soutenus. Je mesure l'impact que ces images ont pu susciter à l'organisation, à notre fédération, à la ligue professionnelle et à mon club et je le regrette sincèrement», poursuit l'athlète.

«Aujourd'hui j'éprouve un sentiment de honte et de culpabilité, je suis triste et je mettrai tout en oeuvre pour me racheter», conclut Mekhissi.

Ton opinion