Attentats en Norvège : Deux attaques meurtrières secouent Oslo
Actualisé

Attentats en Norvège Deux attaques meurtrières secouent Oslo

Une bombe a explosé vendredi après-midi dans le centre d'Oslo, faisant plusieurs morts. Puis une fusillade meurtrière a éclaté dans un meeting travailliste près de la capitale.

Une bombe a explosé vendredi après-midi dans le centre d'Oslo, faisant au moins sept morts. Peu de temps après, un homme armé a ouvert le feu sur le site du rassemblement annuel des jeunes travaillistes, à une trentaine de kilomètres de la capitale norvégienne.

Dix personnes ont perdu la vie lors de cette fusillade, selon un bilan non définitif de la police. «Nous avons reçu des informations sur 10 morts et sept blessés. Ce sont toutefois des chiffres incertains, mais c'est ce que nous avons pu établir jusqu'à présent», a déclaré un responsable de la police locale, Bjoern Erik Sem-Jakobsen, cité par le journal en ligne «Nettavisen».

La police pense que les deux attaques sont liées. Elle a conseillé aux habitants de la capitale d'évacuer le centre de la ville, où des soldats ont pris position en début de soirée.

L'explosion au centre d'Oslo visait le principal bâtiment public abritant les services du gouvernement. La déflagration qui s'est produite vers 15h30 a soufflé de nombreuses fenêtres de l'immeuble de 17 étages qui abrite les bureaux de Jens Stoltenberg, le Premier ministre, ainsi que les façades de ministères situés à proximité, dont le siège du ministère du Pétrole, qui a pris feu.

Dévastation

«Sept personnes ont été tuées et deux sont grièvement blessées», a dit Sveinung Sponheim, qui dirige la police d'Oslo, lors d'une conférence de presse.

Les images des télévisions norvégiennes montraient le siège du Premier ministre et d'autres immeubles totalement défigurés, des trottoirs jonchés de bris de verre, de la fumée s'élevant du quartier et de nombreuses ambulances jaunes.

Outre les bureaux du Premier ministre, le quartier abrite plusieurs ministères et la rédaction de «Verdens Gang» (VG), le plus grand tabloïde du pays. Très central, il est d'ordinaire aussi très fréquenté. Mais l'explosion s'est produite à un moment où de nombreux habitants de la capitale sont en vacances en dehors de la ville.

Attaque concertée?

L'île d'Utoeya, où a eu lieu la fusillade quelque deux heures après l'attentat au centre de la capitale, se trouve à une trentaine de kilomètres au nord-ouest d'Oslo. Elle hébergeait l'université d'été des jeunes travaillistes. Le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg devait y prononcer un discours samedi matin, selon son agenda officiel.

Selon la chaîne TV2 qui cite des témoins, un homme déguisé en policier s'est présenté en disant vouloir s'assurer de la sécurité des participants après l'explosion dans la capitale norvégienne, ce qui pourrait laisser supposer une attaque concertée.

Il a ensuite ouvert le feu sur les participants, avant d'être arrêté, a ajouté NRK. Son arrestation a été confirmée un peu plus tard par la police.

Réunion de crise

Peu après l'attaque à la bombe d'Oslo, le premier ministre norvégien s'est adressé à la presse pour dire qu'il était sain et sauf. Jens Stoltenberg a ajouté que les tous les membres du gouvernement étaient apparemment sains et saufs comme lui.

La situation est «très grave», a commenté le chef du gouvernement sur l'antenne de TV2, précisant que la police lui avait demandé de ne pas divulguer l'endroit où il se trouvait. M. Stoltenberg a ajouté que le gouvernement allait tenir une réunion de crise le soir même.

«C'est un attentat terroriste. L'événement le plus violent jamais vécu par la Norvège depuis la Deuxième Guerre mondiale», a dit Geir Bekkevold, élu de l'opposition au Parlement.

La Norvège, membre de l'Otan, a été plusieurs fois menacée par le passé par des dirigeants d'Al Qaïda pour son implication dans la guerre en Afghanistan, où elle participe à la Force internationale d'assistance à la sécurité (Isaf). Mais c'est la première fois que qu'elle est frappée par un attentat.

Les images des dégâts:

(ats/ap/afp)

Ton opinion