Tuerie d'Annecy: Deux balles dans la tête des victimes

Actualisé

Tuerie d'AnnecyDeux balles dans la tête des victimes

Eric Maillaud, procureur en charge du quadruple assassinats d'Annecy, a tenu une conférence de presse, samedi. Retour sur les dernières avancées de l'enquête.

Les quatre victimes de la tuerie de Chevaline dans les Alpes françaises ont reçu chacune deux balles dans la tête selon les résultats de l'autopsie, a annoncé samedi le parquet d'Annecy.

«Les quatre personnes sont mortes de plusieurs balles et les quatre ont été victimes de deux tirs de feu en pleine tête», a déclaré le procureur de la République à Annecy, Eric Maillaud.

Expertises balistiques passées sous silence

Il s'est en revanche refusé à toute précision quant aux résultats des expertises balistiques: «Je ne répondrai à aucune question sur ce point», a-t-il dit, annonçant avoir décidé de cesser de donner des conférences de presse quotidiennes, sauf avancée significative à annoncer.

Les regards des enquêteurs français sont désormais tournés vers la perquisition menée au domicile des victimes à Claygate, dans la banlieue de Londres. Le procureur a salué «la parfaite coopération» entre enquêteurs britanniques et français.

«On cherchera également à s'intéresser à l'ensemble des personnes qui peuvent graviter autour de la famille des défunts. Toutes les personnes de la famille dans l'environnement immédiat sont entendues», a-t-il ajouté, rappelant que le frère du père de famille tué serait entendu «comme tous les membres de la famille al-Hilli».

Le frère s'était présenté dès jeudi à la police britannique pour prendre des nouvelles et avait lui-même reconnu avoir eu avec lui un différend financier. Il sera auditionné à Londres.

«On a évoqué le litige entre les deux frères sur fond d'argent (...). On va essayer de connaître le maximum de choses de la vie de cette famille al-Hilli, de sa profession, les entreprises pour lesquelles il a pu travailler, leur patrimoine, essayer de comprendre le pourquoi d'un éventuel litige entre deux frères», expliqué le procureur.

Long périple en France

La voiture de Saad al-Hilli, ingénieur britannique de 50 ans, a été découverte mercredi après-midi sur une route forestière près du village de Chevaline, à proximité du lac d'Annecy où il passait ses vacances en camping avec sa famille.

A l'intérieur se trouvaient son cadavre, celui de sa femme Iqbal originaire comme lui de Bagdad et d'une femme plus âgée de nationalité suédoise. A côté gisait un cycliste français, victime collatérale de ce qui ressemble à une tentative d'exécution de toute une famille. Deux fillettes du couple, âgées de 4 et 7 ans, en ont réchappé mais l'aînée a été grièvement blessée.

Selon M. Maillaud ils avaient «fait un long périple en France avant d'arriver à Annecy». (afp)

Enquêteurs à Londres

Une équipe d'enquêteurs est arrivée peu après 13h00 GMT samedi au domicile de la famille al-Hilli à Claygate (sud de Londres), a constaté l'AFP, avec parmi eux «au moins un gendarme français», selon une source proche du dossier.

Cinq gendarmes, parmi lesquels le colonel Marc de Tarlé, chef du bureau des affaires criminelles de la sous-direction de police judiciaire (SDPJ) de la gendarmerie nationale, sont au Royaume-Uni pour enquêter sur la tuerie de Chevaline, près d'Annecy. /ap

Ton opinion