Lucerne: Deux cadres de la police accusés d'abus
Actualisé

LucerneDeux cadres de la police accusés d'abus

Deux cadres sont soupçonnés de violences et de contraintes sexuelles envers une jeune femme. Une enquête administrative a été ouverte dans le canton.

Un cadre de la police lucernoise soupçonné d'avoir battu son amie en 2010 a malgré tout été promu 14 mois plus tard. Un autre aurait abusé sexuellement d'une collaboratrice. La conseillère d'Etat en charge de la justice a décidé d'ouvrir une enquête administrative.

La conseillère d'Etat Yvonne Schärli est arrivée à la conclusion que, pour restaurer la confiance dans la police et sa crédibilité, il fallait ouvrir une nouvelle enquête administrative, a indiqué la direction de la justice jeudi soir. La conseillère d'Etat prend elle-même la direction, mais elle va nommer une personne externe et hors du canton pour mener l'enquête.

En outre, Mme Schärli a décidé de suspendre le collaborateur qui est soupçonné d'avoir battu son amie. Jeudi matin déjà, la direction de la justice avait réagi concernant cette affaire et signalé son ouverture à l'idée d'une enquête.

Dans la première affaire, comme la victime n'a pas déposé plainte, seule une enquête administrative a été conduite, avait expliqué mercredi la ministre lucernoise de la justice Yvonne Schärli dans une interview à l'émission «Rundschau» de la télévision alémanique SRF. Celle-ci a conclu qu'une procédure disciplinaire n'était pas nécessaire.

Dans le second cas, Mme Schärli a demandé le transfert du cadre incriminé. Ce dernier et sa victime ont trouvé un accord sous forme de transaction. L'enquête administrative est quant à elle encore en cours. L'homme est en congé maladie.

La direction de la police va une nouvelle fois examiner les deux cas, a confirmé le commandant Beat Hensler jeudi matin à l'ats. Il ne sait toutefois pas encore si la démarche aura des conséquences pour les personnes incriminées ou si elle ne servira qu'à tirer des leçons.

Dans un communiqué, la conseillère d'Etat a réaffirmé sa confiance envers M. Hensler. Par ailleurs, tous deux se disent ouverts à une commission d'enquête parlementaire. (ats)

Ton opinion