Genève: Deux candidats PS: Emery-Torracinta et Apothéloz
Actualisé

GenèveDeux candidats PS: Emery-Torracinta et Apothéloz

Les socialistes genevois ont désigné jeudi soir la députée Anne Emery-Torracinta et le magistrat de Vernier Thierry Apothéloz comme candidats au deuxième tour de l'élection au Conseil d'Etat du 10 novembre.

Les deux socialistes figureront sur la même liste que le conseiller national Vert Antonio Hodgers pour défendre les couleurs de la gauche. Ils ont été choisis à la quasi unanimité, a indiqué le secrétaire général du PS Arnaud Moreillon à l'issue de l'assemblée.

Anne Emery-Torracinta a terminé au 7e rang dimanche, lors du premier tour de l'élection, avec 20'950 voix et Thierry Apothéloz a fini au 9e avec 19'424 suffrages. Ils ont ainsi distancé leurs deux colistiers, soit la maire de Genève Sandrine Salerno (12e avec 16'996 voix) et le député Roger Deneys (13e avec 14'726 voix).

L'idée de ne pas faire partie du gouvernement a été évoquée par des membres socialistes durant l'assemblée. Mais cette stratégie a été rapidement écartée, le PS préférant que la gauche fasse barrage au front UDC-MCG, a relevé M. Moreillon.

EàG renonce

En revanche, Ensemble à Gauche, dont le candidat le mieux placé était le magistrat de la Ville de Genève Rémy Pagani, a décidé de ne présenter personne au vu les résultats des élections de dimanche. L'extrême-gauche avait pourtant réussi lors de ce scrutin à entrer au Grand Conseil, qui se divise désormais en trois blocs quasi égaux, soit l'Entente, la gauche et le front UDC-MCG. La droite et le MCG étaient sortis en tête du premier tour pour le Conseil d'Etat.

«Dans ces circonstances, le rôle d'EàG est d'organiser une résistance, dans l'opposition au parlement bien sûr, dans les urnes également, mais avant tout dans le mouvement social», a relevé EàG dans un communiqué. Pour EàG, la participation de la gauche à un tel gouvernement ne permettra pas de barrer la route à la droite et à l'extrême droite.

EàG appelle néanmoins à voter le ticket rose-vert. Il s'agit d'un soutien clair et ferme, mais «sans illusions» pour éviter le scénario du pire, soit un échec de la gauche et un nouveau succès de la droite et de l'extrême-droite.

Voter féminin

Le Parti Pirate, qui a raté dimanche son entrée au Grand Conseil et terminé en queue de peloton pour l'exécutif, a pour sa part décidé mercredi de ne pas présenter de candidat pour le second tour. La formation appelle néanmoins à voter pour toutes les candidatures féminines, étant donné qu'il existe un risque qu'aucune femme ne soit élue à l'exécutif cantonal.

Cette inquiétude est partagée par les Femmes socialistes suisses. Elles mettent en garde contre un retour en arrière pour un canton qui a souvent été à l'avant-garde en Suisse en matière d'égalité. (ats)

Ton opinion