Coronavirus: Deux cents militaires mobilisés à Genève
Publié

CoronavirusDeux cents militaires mobilisés à Genève

Dès lundi, deux cents hommes déchargeront le système de santé du canton dans le domaine du transport et des soins de base apportés aux patients du COVID-19.

par
lhu
L’engagement en faveur du canton de Genève devrait durer au moins 30 jours et au plus 90.

L’engagement en faveur du canton de Genève devrait durer au moins 30 jours et au plus 90.

KEYSTONE

L’armée a mobilisé vendredi par SMS les membres de la compagnie sanitaire 1. Elle répond ainsi à la demande du canton de Genève pour un appui subsidiaire. Dès lundi, deux cents militaires déchargeront le système de santé du canton dans le domaine du transport et des soins de base apportés aux patients du COVID-19. Les militaires entreront en service dimanche à Moudon (VD), où ils se prépareront à leur mission, écrit vendredi soir le Groupement de la défense. Ils renforceront les services de triage et les capacités de tests, à Genève. Ils viennent également compléter les compétences techniques et linguistiques nécessaires des soldats et cadres déjà entrés en service à titre volontaire et des militaires en service long disponibles. L’engagement en faveur du canton de Genève devrait durer au moins trente jours et au plus nonante.

Seule la requête genevoise acceptée

Le Conseil fédéral a décidé mercredi dernier de soutenir le système de santé dans toute la Suisse et au Liechtenstein en engageant jusqu’à 2500 militaires en service d’appui. Les demandes individuelles seront examinées par l’État-major fédéral Protection de la population. L’objectif est de fournir un engagement taillé sur mesure et de déployer les militaires là où il est prouvé qu’ils sont réellement nécessaires. L’armée se retirera dès que l’on aura plus besoin d’elle.

Des conditions ont toutefois été posées. Les cantons doivent notamment démontrer qu’ils ont épuisé toutes les autres possibilités. Cinq cantons ont fait appel à l’armée, a rappelé la directrice de l’Office fédéral de la santé publique Anne Lévy, devant la presse vendredi. Seule la requête de Genève a été acceptée pour le moment. Le nombre de places en soins intensifs y est faible, des patients genevois ont déjà dû être envoyés dans d’autres hôpitaux et le risque d’un manque de personnel existe, a-t-elle expliqué. Et de préciser que l’armée va «travailler sur mesure» à l’avenir. Les troupes seront engagées au fur et à mesure des demandes cantonales, selon les besoins de chacun.

(ATS)

Ton opinion

83 commentaires