Thurgovie: Deux cogneurs ont vu leur peine de prison réduite
Actualisé

ThurgovieDeux cogneurs ont vu leur peine de prison réduite

Les jeunes Suisses qui avaient tabassé sans raison deux personnes à la gare de Kreuzlingen, en 2009, ont été rejugés en décembre dernier.

Les images de vidéo surveillance avaient permis d'arrêter les trois jeunes gens, qui avaient laissé leurs victimes au sol (en arrière-plan) après les avoir passées à tabac. (photo d'archive)

Les images de vidéo surveillance avaient permis d'arrêter les trois jeunes gens, qui avaient laissé leurs victimes au sol (en arrière-plan) après les avoir passées à tabac. (photo d'archive)

photo: Keystone

Le Tribunal cantonal thurgovien a réduit les peines de deux jeunes hommes qui avaient frappé deux personnes dans un passage souterrain de la gare de Kreuzlingen (TG) en 2009.

Le Tribunal fédéral (TF) avait annulé le premier jugement.

Le nouveau jugement du Tribunal cantonal est tombé en décembre dernier. Le principal prévenu écope de 2 ans et demi de prison, dont 6 mois ferme, pour tentative de lésions corporelles graves, a indiqué lundi le service de presse du tribunal.

Pas d'intention de donner la mort

Lors du premier procès, il avait été reconnu coupable de tentative de meurtre et de lésions corporelles graves. Il avait alors écopé de 4 ans et demi de prison mais il avait fait recours au TF. Ce dernier a jugé que le premier prévenu, et meneur de la bande, n'avait pas eu l'intention de commettre un homicide.

Le deuxième prévenu a été reconnu coupable de tentative de lésion corporelle grave et de lésion corporelle simple. Il écope de 24 mois de prison avec sursis, contre 30 mois lors du premier jugement. Lui aussi avait fait recours au TF.

Le troisième cogneur a été condamné à une peine pécuniaire en 2012. Il a été reconnu coupable d'agression.

Les faits remontent au 21 mars 2009. Trois jeunes Suisses alors âgés de 18 à 20 ans avaient, sans raison aucune, passé à tabac deux hommes de leur âge dans la gare de Kreuzlingen. Filmés par des caméras de surveillance, ils avaient été arrêtés quelques jours après l'agression grâce à la diffusion des images. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion