Fribourg – Deux communes vent debout contre les éoliennes

Publié

FribourgDeux communes vent debout contre les éoliennes

La Sonnaz et Vuisternens-devant-Romont remettent en cause l’impartialité des études ayant mené à l’établissement du Plan directeur cantonal. Et demande que son volet éolien soit reconsidéré.

Image d’illustration

Image d’illustration

Archives / 24heures / Chantal Dervey

«Fribourg est le troisième canton disposant du plus grand potentiel éolien, après Vaud et Berne», affirmait en octobre 2020 le conseiller d’Etat Olivier Curty. Vraiment? C’est la question que se posent les autorités de deux communes fribourgeoises, La Sonnaz et Vuisternens-devant-Romont, dont les territoires ont été sélectionnés pour abriter quatre des sept parcs éoliens planifiés par l’Etat, via son Plan directeur cantonal. Or, selon un communiqué publié vendredi par ces deux communes, les études ayant mené à l’établissement de ce plan et au choix des sites auraient manqué d’impartialité. La société qui les a menées, Ennova SA, est en effet liée à Groupe E Greenwatt, appelé à développer ces parcs. Et parallèlement à son rôle d’expert pour le Canton, elle aurait continué des activités en lien avec un projet de parc sur la commune du Châtelard.

Une autre société, KohleNusbaumer SA, est aussi dans le collimateur: ce bureau d’études a été mandaté pour les mesures de vent mais il prend part à de nombreux projets de Greenwatt et un membre de cette filiale de Groupe E siège au conseil d’administration de KohleNusbaumer. Une situation qui n’aurait pas été portée à la connaissance du Conseil d’Etat, a-t-il affirmé en juin dernier, interpellé à ce sujet par deux députés.

«Conflit d’intérêt manifeste»

Les autorités de La Sonnaz et de Vuisternens-devant-Romont voient dans tout cela un «conflit d’intérêt manifeste» et ont déposé mardi auprès de la Chancellerie d’Etat une demande de reconsidération du volet éolien du Plan directeur cantonal. Dans leur communiqué, elles rappellent que ce document a été renforcé et permet désormais au Canton de contraindre une commune qui refuserait d’établir ou d’adapter un plan d’affectation pour une installation éolienne.

Or, au début de l’été, les citoyens de ces deux localités avaient balayé l’idée de voir un tel parc érigé sur leur territoire communal. Ce vote clair sanctionnait plusieurs épisodes où Greenwatt était soupçonné d’avoir voulu influencer l’opinion publique, ou d’avoir négocié un accord avec la commune avant même que la population ait été informée des projets. Désormais, les deux exécutifs ont fait le choix de défendre l’opinion de leur population et réclament que le processus décisionnel menant à l’établissement du Plan directeur cantonal soit particulièrement rigoureux et irréprochable, ce qui, pour eux, n’a pas été le cas.

(jfz)

Ton opinion