Deux DJ sans platines ont époustouflé le Loft
Actualisé

Deux DJ sans platines ont époustouflé le Loft

A Lausanne, le Loft était bondé vendredi pour accueillir deux maîtres du beatbox: Scratch et Eklips.

Parmi les disciplines que compte le mouvement hip-hop (rap, djing, graffiti et breakdance), le beatbox est celle qui est la moins pratiquée. Le show de vendredi était donc un événement pour les amateurs de hip-hop… mais pas seulement.

Les deux beatboxers invités ont prouvé leur habileté en reproduisant tant des morceaux de rap que de funk, de dancehall ou encore de house. Leur prestation a commencé par un classique hip-hop, «Top Billin'», du groupe AudioTwo, enchaînant sur le morceau «I Get Money» de 50 Cent, qui a repris la phrase «I get money, money I got» de «Top Billin'».

Scratch, du groupe américain The Roots, et Eklips, du groupe français Le Remède, se sont servis de pédales permettant de sampler ce qu'ils faisaient en temps réel, afin de mettre en boucle une rythmique et d'y apposer ensuite des phrases ou des scratches. Eklips a aussi dévoilé sa spécialité: l'imitation de rappeurs. Il a rappé des couplets de Sefyu, Booba, NTM ou Busta Rhymes en reproduisant leurs voix avec brio. Le public a été époustouflé par ces diverses performances.

Fabrice Aubert

Ton opinion