Vaud: Deux étranges volatiles ont fait le show devant sa fenêtre

Publié

VaudDeux étranges volatiles ont fait le show devant sa fenêtre

Rareté dans le pays, un couple d'ibis chauves a squatté quelques jours un bord de fenêtre à Yverdon.

par
Marc Fragnière

Un lecteur-reporter nous a envoyé les photos d’oiseaux peu communs sous nos latitudes, en fin de semaine dernière. Un couple d’ibis chauves avait squatté le bord de la fenêtre d’un appartement de la rue de Pierre-de-Savoie, dans la Cité thermale. Remarquée, la présence de ces treskiornithidés n’est pas inédite, mais elle est relativement rare. Les individus observés à Yverdon font partie d’une colonie implantée  en Autriche et au sud-ouest de l’Allemagne, dans le cadre du programme de réintroduction.

La femelle Giorgia (à g.) et le mâle Enea (à dr.) avaient squatté un balcon yverdonnois, en fin de semaine dernière.

La femelle Giorgia (à g.) et le mâle Enea (à dr.) avaient squatté un balcon yverdonnois, en fin de semaine dernière.

20 minutes/lecteur-reporter

Giorgia, une femelle de 4 ans et Enea, un mâle de 5 ans, se plaisent apparemment beaucoup dans la Broye et le Nord-vaudois où ils ont pris leurs quartiers et leurs habitudes. Pas vraiment farouches – «on pourrait presque les toucher!», s’exclamait notre lecteur-reporter lors d’un entretien téléphonique –, le couple d’ibis chauves semble particulièrement apprécier la région. 

Ainsi, selon Daniela Trobe, zoologue et biologiste comportementale affectée au projet «Waldrapp.eu» à l’origine du programme de réintroduction des oiseaux, Giorgia et Enea ont déjà passé l’été dernier entre Chavornay, Yverdon et Payerne, squattant allègrement divers balcons. Jeudi, ils avaient pris leur envol en fin de matinée, non sans avoir payé leur dû au couple chez qui ils avaient décidé de faire escale. Les squatteurs avaient, en effet, déposé un jouet, une sorte de papillon en ferraille, sur le bord de la fenêtre de leurs logeurs.

Nés à Überlingen (All), au bord du Lac de Constance, les deux volatiles avaient été emmenés en ULM d'Allemagne en Toscane (IT) au cours de leur première année de vie. Ils étaient déjà revenus plus au nord l'année dernière, mais n’avaient pas rejoint la zone de nidification allemande. Au lieu de cela, ils avaient préféré rester dans le Nord-vaudois et dans la Broye, d'où ils étaient repartis en Toscane pour l'hiver.

Le couple va-t-il nicher dans la région?

Le couple parade actuellement – «On assiste à un drôle de spectacle», s’était marré notre lecteur-reporter -, va-t-il nicher dans le Nord-vaudois ou dans la Broye? «Ces oiseaux devraient en fait s'envoler vers leur site de nidification à Überlingen. D'autres ibis chauves s'y trouvent déjà et ont commencé à se reproduire. Mais actuellement, il semble qu'Enea et Giorgia préfèrent la Suisse et Yverdon. Ils s'accouplent à différents endroits sur les rebords de fenêtre à Yverdon», relate Daniela Trobe, qui suit l’affaire de près. 

Il n’apparait dès lors pas impossible que le couple se reproduise sous nos latitudes. Pour ce faire, il faudrait qu’il trouve un endroit adéquat. Les sites de nidification des ibis chauves se trouvent dans les falaises ou dans les vieilles tours, proches de cours d’eau. Il s’agirait alors d’une première en Suisse romande. Sur le territoire national, seule une vingtaine d’individus ont été répertoriés en 2020, selon la station ornithologique suisse de Sempach (LU). Il s’agissait pour la plupart d’oiseaux échappés de volières ou d’individus en migration.

Cette population devrait prochainement s’agrandir puisque le projet «Waldrapp.eu» entend établir prochainement une colonie de reproduction de l’espèce en Suisse. Elle devrait voir le jour à Goldau (SZ). 

L’ibis chauve avait complètement disparu d’Europe

Jusqu’au XVIe siècle, l’ibis chauve était fréquent en Europe centrale. Victime de persécution, mais aussi de changements climatiques et de l’agriculture intensive qui a eu raison de son habitat naturel par les drainages, ce ciconidé avait complètement disparu du vieux continent. Au début du siècle, on dénombrait encore quelques couples en Turquie, mais la construction de barrages a eu raison d’eux. Depuis 2013, l’ibis chauve fait l’objet d’une opération de réintroduction au sud-ouest de l’Allemagne et en Autriche. Une nécessité selon les chercheurs puisqu’actuellement les ibis chauves ne se reproduisaient dans la nature qu’au Maroc et dans quelques rares sites d’Asie mineure. Les individus nés en Autriche et en Allemagne passent l’hiver au sud de la Toscane, à l’oasis lagunaire d'Orbetello, qui a été créée en 1971 par le WWF.

Ton opinion

84 commentaires