Tessin: Deux ex-patrons de banque jugés pour escroquerie

Actualisé

TessinDeux ex-patrons de banque jugés pour escroquerie

Deux anciens directeurs de banque ont été condamnés mardi par le Tribunal pénal de Lugano à trois ans de peine de prison avec sursis partiel.

Ces anciens cadres de la Banque Adamas - devenue ensuite Banque Bipielle - sont accusés de détournements portant sur un total de 32 millions de francs.

Deux anciens chefs de sociétés financières tessinoises, avec eux sur le banc des accusés, ont été condamnés à respectivement deux ans et 18 mois de prison avec sursis. Dix ans après le début des investigations, le quatuor répondait d'escroquerie, gestion déloyale, faux dans les titres et blanchiment d'argent. Le juge Claudio Zali a avalisé l'ensemble de ces chefs d'accusation.

Dégât d'image

Les accusés «possèdent une lourde culpabilité» dans ces affaires, a déclaré M. Zali. Il a ainsi fait écho aux paroles de la procureure Fiorenza Bergomi, qui a parlé d'un important dégât d'image pour la place financière tessinoise.

«Les clients qui ont investi ou déposé leurs biens auprès des sociétés concernées sur la base de longs rapports de confiance ont été trahis avec perfidie», a-t-elle assuré. Les montants du préjudice se montent à environ 105 millions de francs, a ajouté le juge.

Gavage financier

Les faits remontent aux années 1996 à 2003. Les ex-directeurs de la Banque Adamas ont été arrêtés en 2003 après que des clients se sont rendus compte qu'une partie de leurs avoirs avaient disparu. Ils ont passé six mois en détention préventive.

Les accusés ont systématiquement utilisé l'argent des nouveaux investisseurs pour boucher les trous de sociétés financières lourdement endettées et afin de camoufler une situation financière de plus en plus précaire. Devant le tribunal, les accusés ont expliqué mardi avoir eu l'espoir, à l'aide d'investissements à l'étranger, de rétablir la situation sur le long terme.

Il a été porté au crédit des accusés que les détournements n'ont pas contribué à des enrichissements personnels. Le Ministère public n'avait pas reproché cela aux directeurs financiers dans son réquisitoire. (ats)

Ton opinion