accident - Deux femmes meurent de froid dans le massif du Mont-Rose
Publié

accidentDeux femmes meurent de froid dans le massif du Mont-Rose

Deux alpinistes italiennes sont décédées d’hypothermie à la frontière italo-suisse, à plus de 4000 mètres d’altitude. Alertés, les secours sont arrivés trop tard en raison de la météo.

par
nci
Le groupe d’alpinistes italiens est resté bloqué pendant des heures sous le sommet de la Pyramide-Vincent, dans le massif du Mont-Rose.

Le groupe d’alpinistes italiens est resté bloqué pendant des heures sous le sommet de la Pyramide-Vincent, dans le massif du Mont-Rose.

Wikipédia/Kubajzz

Un groupe de trois Italiens a été surpris par le mauvais temps ce samedi, alors qu’il faisait une randonnée dans les Alpes. Bien que les alpinistes aient averti les secours, ces derniers sont arrivés trop tard. Les deux femmes sont décédées d’hypothermie, a rapporté le quotidien italien La Repubblica ce dimanche. L’homme, quant à lui, a été héliporté d’urgence vers un hôpital valaisan. Il souffrait de graves engelures et d’hypothermie.

Les randonneurs se trouvaient bloqués sur le versant italien du Mont-Rose, en dessous de la Pyramide-Vincent (4215 mètres), quand ils ont passé un appel d’urgence. Les secours italien et suisse ont lancé une vaste opération de recherche, mais ont été ralentis par le mauvais temps. Un hélicoptère d’Air Zermatt, qui avait repéré le groupe, n’a pu atterrir tout de suite.

Les secours sont arrivés trop tard

Ce n’est qu’à 21h que l’équipe de secours du val d’Aoste a rejoint, à pied, les alpinistes en détresse – trop tard. L’une des femmes est décédée quelques minutes après l’arrivée des secours, l’autre plus tard dans un refuge. Un médecin avait tenté de la réanimer en vain.

La température nocturne était de -4 °C, mais la température ressentie atteignait probablement les -15 °C, selon Valentina Acordon, climatologue italienne interviewée par le journal italien. Le vent soufflait en effet à 80km/h.

«En cinq minutes, le temps est devenu orageux»

L’alpiniste rescapé a donné une interview par téléphone au journal italien La Stampa, depuis un hôpital suisse. «Tout s’est passé très vite. En l’espace de cinq minutes, le temps a changé et une tempête s’est levée.» Le groupe s’est retrouvé bloqué pendant plusieurs heures en attendant les secours. «Il faisait terriblement froid», témoigne l’homme. «J’ai fait ce que je pouvais pour aider les femmes», a-t-il continué.

Ton opinion