Actualisé 12.06.2009 à 15:24

Démission de Pascal Couchepin

Deux gros dossiers restent à boucler, selon Pierre-Yves Maillard

L'annonce de la démission de Pascal Couchepin, qui «semble avoir été programmée en fonction de la votation sur l'AI», a surpris Pierre-Yves Maillard.

Le président de la conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) pense que le Valaisan pourra encore boucler deux dossiers importants.

Des décisions concernant le coût des médicaments ainsi qu'une discussion sur les primes maladie 2010 devraient avoir lieu d'ici la fin du mandat du conseiller fédéral, a indiqué vendredi à l'ATS le socialiste. La fin du moratoire sur les cabinets médicaux, la suspension des prestations en cas de non paiement des primes et le managed care devraient également encore être traités par M. Couchepin.

Appelé à tirer un bilan de l'activité du ministre de la santé sortant, le président de la CDS a parlé d'une prise de conscience tardive. «M. Couchepin s'est longtemps fié aux assureurs», avant de réaliser que la concurrence avait ses limites. Aujourd'hui, des réformes ont été entreprises pour aller vers une logique de régulation plus forte.

Le futur chef du Département fédéral de l'intérieur devra se pencher en priorité sur un accroissement du contrôle politique lié aux primes ainsi que sur un solide partenariat avec les cantons, «proches des réalités», selon le Vaudois. Il ne faut néanmoins pas se faire trop d'illusions sur la marge de manoeuvre d'un ministre de la santé, confronté à des lobbys très puissants au parlement.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!